Depuis des années, je me demandais ce que j'allais faire de ce mur ... Bien en face du canapé, pas blanc parce qu'il fallait trancher un peu avec les autres, en renfoncement malgré tout mais avec une surface suffisamment digne de permettre beaucoup de choses, vraiment ce mur me posait un problème.

Ce n'est pas comme l'autre, tout blanc où nous avons disposé récemment un énoooooooooooooooooorme sticker figurant la carte du monde. Non, là, c'est autre chose. Nombre d'hypothèses furent envisagées : un tableau géant, un autre sticker, un personnage XXL sur le côté qui permettrait de ne mettre qu'un simple cadre pour compléter l'ensemble, un meuble mural [comme c'était le cas avant que nous arrivions], des étagères ... ah mais oui, des étagères !

Forcément, qui dit étagère dit, pour le bricoleur du dimanche qui n'a pas trop envie de se la fouler, Ikéa ou Habitat [si vraiment tu as décidé de me faire quitter l'oeil noir venant de surgir à l'évocation du magasin suédois]. Sauf que non, tant Habitat qu'Ikéa j'ai un peu bloqué. Du coup, le truc est resté en suspension comme ça jusqu'à ce que ... que ... que je tombe sur des étagères dignes de ce nom, des étagères à la hauteur de ce que j'envisageais.

Oui parce qu'il faut bien se dire une chose : des deux, c'est moi l'artiste, le mec connecté à son imaginaire, le style-officer. Moi, je ne rechigne pas à transformer le réel, me lancer dans des choses vaguement déraisonnables pourvu que ce soit à l'image de ce que j'ai envisagé. Et c'est toujours vers les mêmes choses que l'on s'oriente puisque j'ai une passion pour le destructuré, la ligne droite qui ne l'est pas et le style [que l'on appelle communément "design"]. Aussi, tu penses bien qu'une étagère toute droite ne pouvait trouver sa place que dans la cuisine où son aspect utilitaire est primordial [même si je ne m'interdis aps de remettre un peu plus de style dans la cuisine bientôt, mais chaque chose en son temps]. Il fallait donc trouver des étagères qui soient fonctionnelles mais tout en étant décalées, avec des lignes brisées, des parallèles figuratives, un ensemble assez cohérent dans l'incohérence linéaire.

En décembre, ne voilà-t-il pas que je croise une vente provée d'étagères d'un fabricant danois. Bon déjà, ça sonne mieux qu'Ikéa ou Alinéa [ou je ne sais quelle autre enseigne où la populasse adore se masser les samedis et dimanches]. Surtout, en découvrant les modèles à la vente, je découvre des angles, des formes, des lignes qui se rapprochent furieusement de ce que j'espérais. Ah la la, tout nu devant mon écran [comme traditionnellement le dimanche matin, si tu es mon voisin, impossible de me rater ce jour là], j'en frétille et m'en ouvre illico presto au près de Zolimari à qui je laisse, finalement, bien peu le choix. Forcément dubitatif, il a déjà compris que l'affaire est faite et que sa marge de négociation ne réside plus que dans la couleur ou quelques formes. Les trop volumineuses sont éliminées d'un commun accord, une grise à trois étages comme les plateformes de Donkey-Kong le laisse de marbre mais moi j'en ai envie. Il m'accorde des étagères "crabe" en restant cela dit assez perplexe sur leur emplacement. En revanche, nous tombons d'accord sur une étagère assez haute en forme de tête de cerf stylisée.

Oui, je sais, comme ça, ça fait peur et c'est d'ailleurs la réaction que ma mère a eu quand je lui en ai parlé dix minutes plus tard pour la prévenir qu'elle allait recevoir les sublimes colis que je venais de commander et qui seraient livrés mi-janvier. Outre qu'elle soit contrariée de cet achat parce que mon père avait décidé de me faire de ses propres mains une étagère de hauteur qui épouse l'angle du mur en brique du salon [elle avait peur que cet achat ne vienne rendre impossible de positionner mon cadeau paternel], elle est tombée en arrêt quand j'ai évoqué l'étagère en forme de tête de cerf. "Mais quelle horreur" m'a-t-elle lancé. Faut dire que dit comme ça, je comprends mais quand tu la vois, tu comprends aussi que j'ai craqué.

Samedi donc, on a fait du briocolage et, comme il est impossible de compter sur Zolimari pour cela puisqu'il déteste faire des trous dans les murs [!!!], j'avais réquisitionné mes parents qui sont venus m'aider.  Du projet d'emplacements de départ, beaucoup de choses ont changé et nous sommes arrivés à 18h30 à un résultat qui n'est pas mal du tout. A la limite, c'est presque mieux que ce que je ne le pensais.

Mais du coup, c'est peut-être mieux que je te montre ?

Etagères

Tu n'as pas là la dernière version aboutie mais les étagères ne bougeront plus. Les éclairages et les dispositions de bibelots ont évolué depuis pour intégrer d'autres choses plus ou moins fantastiques comme ma banane lumineuse, un grand Goldorak [à la place du Lapin crétin du milieu] et quelques autres trucs facétieux ...

Qu'est ce que j'étais content ... Reste à finir l'étagère grise dans le bureau/chambre d'ami et là aussi, ça rend super bien alors que cette étagère était prévue pour aller totalement ailleurs. Il se trouve qu'au gré des discussions, une évidence s'est imposée et c'est là que je me dis que j'ai un sacré felling qui déchire !

Tto, shelveur en chef