UN SIMON DUNN POUR NOEL

Finalement, comme rien ne se passe comme prévu, le triptique Simon Dunn pour Noël n'aura pas eu lieu et je le clos aujourd'hui comme prévu en n'ayant pas pu te proposer celui de la semaine dernière.

Pour même te dire tout ce que j'avais ourdi, j'avais même prévu une petite interview dudit Simon, l'ayant sollicité directement et par deux canaux différents [à croire qu'il n'est pas plus versatile que cela]. Donc non, pas d'interview, pas de questions coquines, pas d'intrusions ni de chemins tortueux pour en savoir plus.

Du coup, c'est un peu tombé à l'eau tout ça et avec tout ce qu'il tombe, cela n'a rien de franchement étonnant et comme tout va de travers en ce moment et qu'il n'y a pas de raison que cela ne touche pas aussi ces quelques lignes [dont il faudra bien un jour se convaincre qu'elles ne sont pas faites pour me permettre de détrousser à peu près tout ce qui bouge ... mais c'est la joie du transfert psychologique, depuis 9 ans que cela dure, j'ai arrêté de répondre].

Aussi, aujourd'hui et pour la dernière avant Noël, j'ai choisi de te proposer le "best 9" de Simon Dunn qui est, évidemment, sur Instagram. Et à l'instar de tant d'autres [dont je ne suis pas héhé], le moins que l'on puisse dire c'est que les neuf photos en question sont totalement focalisées sur l'activité narcissique la plus courue du moment : le selfie de bombasse parce que j'ai un corps pas mal foutu mais je vais quand même chouiner pour dire que j'ai fait faire la diète pendant 10 jours puisque je me sens gros avec ces 25 grammes pris depuis hier.

SimonDunnVoilà ...

Voilà ... ah bah ça oui, on ne voit pas du tout l'angle.

Du coup, je me suis rabattu sur une interview donnée au site "Guys like you", site LGBT UK centré sur Londres et la communauté gay de la capitale. Attention, questions qui dérangent en perspective.

Simon, c'est ton premier Noël à Londres, comment ça s'est passé ?
Jusqu'ici tout va bien, je n'ai pas vraiment eu de Noël depuis quelques années parce que je m'entraînais ou faisais du bobsleigh. Ce sera mon cinquième Noël loin de ma famille. Il est donc agréable de profiter de Noël pour changer.

En quoi une période festive à Londres est-elle différente de celle d'Australie?
Les Noëls australiens sont les meilleurs. Il fait chaud, nous avons généralement beaucoup de fruits de mer, de la bière et on peut passer la journée à la plage en famille. Ça me manque vraiment ! Si j'étais à la maison, tout serait une question de famille. Ma soeur a une grande famille, donc c'est une chance pour moi de passer du temps avec ma nièce et mes neveux

Alors qu'avez-vous prévu pour le 25 ?
Je sors avec quelqu'un ces derniers mois, il fait partie de la raison pour laquelle je célèbre Noël cette année alors que d'habitude je traite le 25 décembre comme n'importe quel autre jour. Je passerai donc la journée avec lui et sa famille.

Alors, qui est ce gars chanceux ?
Oh, il s'appelle Felix. Je l'ai rencontré dans mon club de rugby, les Kings Cross Steelers. C'est un ancien athlète, nous avons donc un peu en commun. CA en fait pas longtemps mais ça semble aller très bien.

Que retenir de l'année qui s'achève pour vous ?
Il y a eu beaucoup de choses, avoir la chance de vivre à Londres est vraiment un privilège. Tout le monde n'a pas la possibilité de vivre à l'étranger encore moins dans deux pays. 

À quoi ressemblent les hommes britanniques ?
J'ai trouvé les hommes britanniques beaucoup plus froids que je ne l'avais imaginé et ils semblent avoir tous des murs. Il y a  comme une peur étrange de montrer des émotions ou toute forme de faiblesse. Pourtant, en même temps, ils sont comme tout le monde et veulent être aimés. Indépendamment de ce qu'ils disent !.

Comment est la vie nocturne gay de Londres ?
Quand je suis arrivé, j'ai vraiment apprécié la vie nocturne. Maintenant, même si je suis plus installé, je dois me concentrer sur mon entraînement, le rugby et le reste ...

De la grosse interview n'est-il pas ? Ouais ouais ... pas de doute, je préfère les miennes qui donnent un peu plus d'humanité chez celui/celle que je cuisine. Mais chacun son truc et tant pis pour Simon Dunn.

Ainsi s'achève le focus sur lui. Next !

Tto, qui pensait faire mieux