Plein le

... et pourtant ça va encore.

Mais quand même, il faut bien reconnaître que les semaines à 60/70h de boulot quand tu as tout le reste et des mauvaises nouvelles à gérer en même temps et aussi le rush des cadeaux en collectionnant ceux qui te promettent des idées qui ne viendront qu'autour du 20 décembre, ... ce matin je ne te cache pas que j'avais un peu de mal et que je serais bien resté blotti dans le cou de Zolimari.

Sauf que non, t'es un warior ou tu ne l'es pas.

Donc oui, plein le ... dos. Il fait froid ok mais quand même quoi. A 6:40, ça pique vraiment quand en plus il faut aller t'envoyer les connasses de la compta qui mettent 22 jours à payer une facture dont tu avais bien précisé que c'était l'urgence absolue. Et s'il n'y avait que cela ...

Mardi, je me suis pris le tsunami des merdes : une mauvaise nouvelle sur la santé de mon témoin, des dossiers de merde qui se barrent en couille à une vitesse qui défie l'entendement, une petite crise d'existence d'une no-life qui se trouve trop transparente [mais si tu bossais un peu ma grande, tu verrais !!!], des colis de Noël qui débarquent et me font constater qu'il y a des trucs que je commande en double ... le soir, je pense que j'étais tellement contrarié que je n'ai pas bien digéré ce que j'ai mangé et vlan ! Nuit délicieuse faite de cauchemars et d'aigreurs d'estomac : j'étais bien frais mercredi matin pour m'envoyer une belle nouvelle journée !

Je t'en passe et des pas vraiment mûres mais c'est la semaine-festival jusqu'à ce que je me vautre hier soir, à Boulogne, sur un trottoir plein d'ornières alors que j'étais au téléphone, avec un sac dans une main et dans le noir. Vautré comme une merde et donc la cheville a trinqué : oh, ce n'est pas une entorse mais pas loin à telle enseigne que j'applique consciencieusement tout ce qu'il faut et que je repose ma cheville aussi. Bref, le point d'orgue d'une belle semaine de merde tiens !

Heureusement, tout n'est pas à jeter dans cette semaine là :
- j'ai croisé Buzzstef mardi midi et il a fait son timide,
- j'ai dîné avec les deux loulous sans que nous ne parvenions à trouver une date pour l'inauguration de leur sapin avec boules et guirlandes, pour l'élection Miss France, pour je ne sais plus quoi d'autre non plus ...
- j'ai vu un film assez sympa dont on parlera demain si j'ai le temps de finir mon billet que je n'ai pas encore commencé,
- j'ai mangé mon croque-monsieur [oui, j'ai des lubies de femme enceinte],
- j'ai plongé toute la Compagnie chérie dans l'expectative depuis qu'ostensiblement, je me suis mis à boire du thé au caramel devant toutes les filles,
- j'ai retrouvé ma carte Autolib que j'avais perdue deux jours plus tôt,
- j'ai battu un record d'audience avec mon billet sur les volcans [définitivement, je ne comprends pas comment ça marche l'audience ...],
- j'ai débusqué de magnifiques nouvelles étagères et meubles stylisés dont je suis devenu immédiatement éperdument amoureux,
- je vais bientôt l'acheter ce foutu meilleur-téléphone-du-monde X parce que bon ...
- je crois qu'on a trouvé notre prochaine destination de vacances et je t'avertis tout de suite, tu vas en prendre pour 3 semaines !

Donc non, aujourd'hui, je ne parlerai pas du "World Aids Day", ça fait plus de dix ans que je m'envoie un billet là dessus : ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ou encore ici ... et cette année, j'avais envie de te parler de ce jour où j'ai discuté avec un mec séropositif qui m'a expliqué comment sa vie avait changé et tout et tout. Et puis non, j'ai estimé ce matin que j'avais déjà dit plein de choses et que je n'avais pas envie de m'y coller une fois de plus, un peu plein de cul de rabâcher les mêmes choses pour constater que certains font n'importe quoi tout en venant chercher chez moi une sorte d'absolution, comme si j'étais leur père et qu'ils soient des petits garçons un peu honteux d'avoir mis les mains dans le pot à confiture.

Je finis donc ma semaine comme elle a commencé, avec la ferme intention de survivre à cela pour me consacrer à tout plein de bonnes choses prévues ce wikende : je vais en avoir plein les yeux, plein la tête et même que je pense que je vais, plusieurs fois, en mettre partout [mais oui !]. En bon judéo-chrétien qui se respecte, avec tout ce que je m'envoie, ce ne sera que justice !

Tto, qui en a un peu plein le cul quand même