Kiosque

C'est devenu une habitude, P!nk frappe fort et surprend définitivement son public ... qui s'en plaindra, pas grand monde ! Avant d'entamer une tournée mondiale, la chanteuse a sorti mercredi le clip du single "Beautiful Trauma" et elle s'amuse à jouer les fofolles avec son mari Channing Tatum ! Ginger et Fred Hart sont donc un couple américain de base : Monsieur se déguise avec les fringues de Madame qui prend des pilules pour devenir maîtresse sado-maso et ligoter son mari sur le canapé tandis qu'elle allume une tigresse en combinaison latex ! C'est coloré à souhait, finalement pas si subversif que cela et l'emballage est quasi-parfait sans qu'il ne permette pas de rappeler le fameux Queen "I want to break free" avec la même atmosphère domestique confinée et le rose omniprésent qui a été évidemment emprunté aux plateaux télé de Pascal Sevran !

Justice league2017 - Kiosque rouge

Le problème des films de super-héros c'est qu'il y a belle lurette qu'on sent bien que ça va devenir n'importe quoi. Et ça fait bien longtemps qu'on pensait avoir atteint le point limite au delà duquel on ne pouvait qu'espérer que les producteurs et scénaristes arrêteraient les délires ... hélas, trois fois, "Justice League" enfonce encore plus loin la limite du grand n'importe quoi en jouant les best-of de morceaux d'histoire tout en raccomodant maladroitement ce à quoi on ne peut malheureusement accorder le moindre crédit, même en étant très indulgent ...

Après avoir retrouvé foi en l'humanité, Bruce Wayne, inspiré par l'altruisme de Superman, sollicite l'aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d'une attaque apocalyptique …

Ouh la la, même en tordant les figures stylistiques dans tous les sens, il faut bien reconnaître que le seul résumé du film non seulement n'impressionne pas mais tu te demandes vraiment si NRJ12 ou C8 n'ont pas piraté la franchise en la jouant low-cost. Et pourtant non, c'est bien la Warner [que l'on a jadis connu plus exigeante] qui s'y colle et a demandé à Danny Elfman d'envelopper musicalement la bouse en question. Et ce n'est pas bien charitable que de l'emmener dans une telle galère. Tout sonne faux, creux et on est pris d'une évidente compassion pour les acteurs qui se débattent avec l'énergie molle d'un désespoir inévitable pour tenter de maintenir la tête hors de l'eau alors que le Titanic a, à l'évidence, coulé depuis des lustres.

Quelques allusions amusent sans arracher un sourire franc et massif, des longueurs se succèdent les unes aux autres, Batman cachetonne et ne mérite vraiment pas d'être incarné en un Ben Aflleck fatigué [et non pas le contraire] et tout le monde a de la peine pour un tel rattage intégral qui met en scène Aquaman, après son propre film qui n'est pas encore sorti ... bonjour la cohérence ! Bref, c'est mauvais sur toute la ligne et il n'y a guère que Flash qui s'en sorte vaguement avec sa belle gueule et le registre post-adolescent qu'on lui a collé. Donc non, on ne peut sauver le monde seul mais on peut se sauver d'un tel navet et ça sauvera peut-être une partie du monde !

BOTTOM KIOSQUE