Harcèlement

Depuis ce matin, je tourne dans ma tête la bonne façon de te parler de ça ...

Je m'étais dit que la journée mondiale de lutte contre le harcèlement était une bonne voie, un prétexte adapté ... et puis, au gré de mes réflexions, je crois que non.

Oh ce n'est pas que je n'ai rien à dire, ce n'est pas que je ne savais pas comment l'exprimer, ce n'est pas que j'en arriverais à rabâcher des trucs déjà expliqués ici ... c'est surtout que réfléchir à tout ça m'a fait prendre conscience d'une chose : j'ai enfoui pas mal de trucs et les faire resurgir n'est pas la sensation la plus agréable qui soit.

C'est finalement ce qui me trouble le plus : je me suis blindé depuis des lustres sur le fait que j'ai été brocardé à raison de la couleur de mes cheveux. J'avais oublié qu'on m'avait dit aussi qu'il serait judicieux de me brûler aussi parce que je devais également être un gros pédé tout cela parce que je faisais le joli coeur auprès des filles.

J'avais oublié que personne n'avait compris pourquoi je faisais tout pour ne jamais assister au cours d'EPS, comme si toutes les semaines je jouais ma vie. J'ai même fait d'odieux faux et usages de faux, en signant pour mon père, tout cela pour échapper aux séances d'humiliation collective où l'on se défoulait sur moi.

Je n'ai jamais expliqué ni dit que c'était du harcèlement. Je n'ai jamais voulu m'inscire dans cette posture victimaire. Peut-être aurais-je dû le faire pour expliquer mon aversion des sports collectifs, mon aversion de la couleur de mes cheveux, de mon corps renvoyé à ses imperfections si finement raillées pendant des années par les uns et les autres. Peut-être ...

J'ai fait comme d'habitude, j'ai géré tout seul, en serrant les dents et en ne donnant pas d'autres prises que celle de mon mépris : on ne joue à un jeu que quand il a de l'intérêt. Lorsque celui-ci s'émousse, on change de jeu ... j'avoue avoir profité de cela que j'avais compris assez tôt.

De tout cela, je ne suis pas encore prêt à parler. Cela viendra ... cela expliquera probablement beaucoup de choses. C'est juste que certains souvenirs ne me plaisent pas.

Tto, qui voulait te le dire et qui aura mis du temps à se décider à te le dire aujourd'hui