Journée de génie

J'ai croisé hier une petite infographie sur les emplois du temps des génies scientifiques qui forcent nécessairement ton admiration. Bah, je ne suis pas du tout du rang de ceux-ci !

Ah bah oui je sais, qu'en considérations ISAGOGIQUES cela est élégamment dit : en voilà un scoop [m'enfin bon, tu t'en doutais un peu] !

Du coup, je me suis amusé [j'en pleure de rage en fait] à dresser le schéma de mes journées et, il faut bien l'avouer : c'est flagrant.

Ce qui est également flagrant, c'est de noter qu'Einstein comme Curie avaient tout de même des rythmes de vie assez singulièrement identiques. Sauf que moi, je pousse l'analyse à tout dire ! Et il est où le ménage ? Et pourquoi que Marie Curie ne fait pas de cauchemars et qu'elle dort d'une traite alors que moi je me réveille invariablement au moins une fois par nuit terrorisé par la mort à laquelle je viens de réchapper ou à cause d'une douleur épouvantable qui me ferait presque implorer que l'on me planta un pieu dans le corps pour en finir ?

Je légume un peu plus qu'eux [2 fois plus en fait] mais finalement, je dors autant et je me tape les transports moi Albert ! Et ça, c'est pas une mince affaire si tu vois ce que je veux dire. Ah bah non, tu vas encore m'expliquer que tout est relatif et qu'en considération  de je ne sais quoi qu'il faut rapporter à un autre truc, bah forcément c'est moins évident.

J'observe également que je ne déjeune pas le matin [oui je sais, c'est mal et ça explique pourquoi je suis adipeux].

Bon surtout, que je ne sois pas un génie et que je bosse trop pour profiter de ma vie, c'est peut-être cela le drame de ma vie et il ne faut pas être un grand génie pour arriver à une telle conclusion.
C'est navrant, consternant, affligeant et désespérant : oui c'est vrai et tu aurais vu l'état dans lequel je suis rentré hier et comment Zolimari m'a récupéré, tu en aurais probablement eu de la peine. J'ai déjà 23h de boulot en deux jours, je croule sous les merdes et les urgences, tout le monde me refile son stress et j'ai vraiment l'impression d'être au bord du précipice. Tu me diras, je dis ça à chaque fois ... jusqu'au jour où ce sera vrai. Et pour le comprendre, il ne faut vraiment pas être un génie ni avoir les journées d'Albert et de Marie : les miennes suffisent largement.

Tto, génialement pas génial

2017 - LOGO MOT DU PREMIER

ISAGOGIQUE : adjectif
Relatif à la science de l'introduction