2017 - LA VIE FASCINEE DES AUTRES

A chaque fois, je la croise, je l'observe, invariablement au premier rang ... Je n'ai jamais compris les fans mais là, on parlerait davantage de dévotion sinon de passion. Cette femme, encore vaillante et qui filme l'intégralité des concerts de Christophe Willem, a un truc particulier ...

Qu'elle filme les concerts du début à la fin, c'est probablement sa passion.
Qu'elle chante toutes les chansons en lipsync, c'est le propre d'une fan.
Qu'elle corresponde à la sociologie du public de l'artiste, il n'y a plus aucun doute sur la question.
Que je la reconnaisse à chaque fois, ça m'a intrigué ...

Clairement, elle filme et porte à bout de bras l'appareil photo qui lui sert de caméra à longueur de concert. Tantôt elle se repose en faisant un pause salutaire entre deux chansons mais je pense pouvoir dire qu'elle dispose d'une bibliothèque vidéo des concerts du vainqueur de "Nouvelle Star" qui est unique en France. Elle est finalement "la" fan absolue mais je me demande encore ce qu'elle en fait.

Regarder une vidéo de concert, c'est vraiment se promettre d'écouter un truc saturé au possible et qui bouge dans tous les sens ... oui mais voilà, elle a les yeux qui brillent à chaque fois. 

Au gré des mélodies et des refrains plus ou moins endiablés, elle se dandine, la tête balance d'un côté et de l'autre ... pas de doute, elle prend beaucoup de plaisir à voir celui qui pourrait être son fils sinon son petit-fils prendre son pied sur scène. Oh bien sur, les paroles ne sont pas du Baudelaire et les grosses ficelles d'une émotion parfois surjouée pourrait lui donner un peu de distance avec tout cela, mais qu'importe : elle s'en fout. Willem, c'est sa bouffée d'oxygène à elle. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle le capte sous toutes les coutures, qu'elle se bat comme une forcenée pour assister aux premières, aux dernières, à Paris comme ailleurs. Chez elle, c'est sur, il y a de quoi remplir un coffre de voiture avec tout ce qu'elle ramasse au sujet de son chanteur préféré. Oui, décidément, elle ne manquerait ces rendez-vous pour rien au monde. Une oeillade, une main pas trop loin, une chanson faite devant elle alors qu'il aura décidé de s'asseoir sur la scène, tout cela c'est du bonheur dans une vie qui en manque peut-être.

Sur son visage, aucun signe ne transparaît. Oh bien sur, le poids des années mais comme chez tout le monde. Elle ne joue pas double-jeu, elle est et quand il parait, elle renaît. Il suffit de voir la contrariété l'envahir quand le matériel la trahit, quand une batterie cède, quand une carte mémoire se fait capricieuse ... Depuis, elle s'est armée de tous les plans B qui ne permettent plus d'envisager qu'on puisse la priver, même une seconde, de son prince chantant qu'elle trouve si charmant.

Régulièrement, elle se laisse aller au gré des tubes qu'elle écoute pour tromper la solitude qui règne chez elle. Oui, Willem est son compagnon putatif et il la fait voyager ici et là, à Amiens comme à Lyon, dans telle émission comme dans une salle aussi petite que celle du Xème arrondissement dans laquelle je la retrouve ce soir. Depuis si longtemps, elle ne bouge. Même coiffure, même corpulence ... même vie et même empressement à graver numériquement la performance de celui qu'elle aime, de celui qu'elle chérit parce qu'il la fait vibrer, il l'entraine.

Et puis, comme ça, au détour d'une bêtise prononcée entre deux chansons, elle esquisse un sourire radieux alors que ses yeux sont rivés sur son petit écran pour vérifier qu'elle le cadre bien même s'il n'a fait aucun effort vestimentaire et qu'il continue à ne ressembler à rien. Oui, le sourire est franc et bienveillant, le sourire parfait de la grand mère qu'on a tous en tête. Derrière ses lunettes, je devine les étincelles dans ses yeux. Mais ce rire contenu qui n'est trahi que par ce sourire ne la distraira pas de sa mission : continuer à le filmer, encore et toujours pour mieux pouvoir le retrouver un soir, chez elle quand l'hiver se fait froid et rude, quand la tasse de thé fume et qu'elle aura envie de revenir sur ces chemins de variétés qu'elle affectionne tant. Qu'on la laisse tranquille à lui dire que ce n'est plus de son âge et qu'elle devrait faire des Sudoku ou s'occuper des intrigues de "Plus belle la vie" ... elle, elle carbure à la benzine Willem. Elle se remémore les ambiances, les chansons, les petites histoires que ses pérégrinations lui font connaître. Oui, Christophe c'est son repère. Rares sont ceux qui pourraient la transporter comme ça, lui a croisé sa route ce soir là où elle ne savait pas trop quoi regarder et depuis, elle ne l'a jamais plus quitté. Elle ne le quittera jamais. Pourvu qu'il ne lui arrive rien, elle ne s'en remettrait pas. Elle n'est pas fan, elle l'aime pour ce qu'il lui donne et le filmer, c'est réussir à tendre une passerelle entre elle et la star, elle et ce plaisir que sa constance et son sourire révèlent.
Plus tard, elle reviendra chez elle avec encore dans la tête les rythmes et les étoiles dans les yeux ...
Elle reprendra sa vie jusqu'au prochain concert dont les billets sont rangés consciencieusement, elle rappellera ses petits enfants pour leur demander comment s'est passée la semaine et leur témoigner tout l'amour dont elle est capable. Elle reviendra à cette vie moins sautillante où son fils lève les yeux au ciel quand elle tente de lui expliquer que le dernier concert était merveilleux. Qu'importe ... quand il aura le dos tourné, elle reprendra cette bouffée salutaire dont son chanteur préféré lui a fait le don, elle qui lui donne tant ...

Tto, qui ne comprend pas mais qui respecte surtout devant un tel sourire