2016 - LA SIT'COMPAGNIE CHERIE

Les choses ne pouvant à l'évidence rester en l'état de discrétion dans lesquelles je les maintenais depuis des années, mon mariage a aidé à mettre des mots sur certaines ambiguïtés ... particulièrement dans le cadre professionnel.

Oui c'est toujours délicat de partager sa joie avec certaines personnes avec lesquelles on a une évidente proximité et pas avec d'autres qui savent parfaitement qu'il y a quelque chose. Moi, c'est clair : je n'ai pas à crier sur les toits la façon dont je vis mais je n'ai pas non plus honte de le dire puisque je considère n'avoir à m'excuser de rien. Donc, continuer à tout cacher revenait finalement à jeter encore un peu plus d'huile sur le feu avec ma hiérarchie directe et nous savons tous que cela n'est évidemment pas utile ni nécessaire.

La semaine dernière, j'ai donc présenté l'album de mon mariage, avec les photos qui vont bien et dès la couverture, il n'y a pas de mystère. Vendredi, j'ai finalement assisté à un comportement qui se répète ...
Au delà de la surprise [oui je sais, ça ne se voit pas quand on me regarde ... comme si la logique du triangle rose était encore de mise] toujours très contenue et qui s'exprime dans un "Ahhhh ..." assez caractéristique, je m'amuse toujours des excuses qui viennent après comme pour me demander un peu d'indulgence de n'avoir pas réalisé ce que je ne favorise jamais et que je n'aide pas en étant silencieux. Invariablement, je réponds toujours qu'il n'y a pas de problème puisqu'il est bien entendu que je ne fais absolument pas étalage de ma vie privée au travail. Dans ces conditions, de quoi faudrait-il s'excuser ?

Dans la mesure où je présente toujours les choses de la même façon avec un côté si naturel aussi assommant, la tactique provoque toujours les mêmes effets et tout passe avec une facilité déconcertante, sans animosité revendicatrice, sans susceptibilité exagérée ... facilement.

Mais ce qui m'amuse prodigieusement, c'est qu'avant la fin de la discussion, on va toujours me servir le même argument pour me persuader qu'il n'y a aucune difficulté à intégrer la nouvelle que je viens de révéler. C'est amusant, c'est vraiment toujours la même chose. On m'explique toujours que je ne suis pas seul ... 
"Ah c'est bien ... tu sais je connais un ami qui est dans la même situation que toi" ou alors "J'ai des amis aussi avec lesquels je m'entends très bien qui avaient le même projet que toi" ... C'est rigolo : il y a toujours et subitement beaucoup d'amis homosexuels autour de ceux à qui j'explique la façon dont je vis.

Je me fiche bien de savoir si c'est vrai ou pas, s'il faut y voir un "Je ne suis pas homophobe hein, j'ai des amis pédés" ou que sais-je encore. Peut-être est-ce vrai puisque je pense aussi que les homosexuels sont beaucoup mieux intégrés et acceptés qu'ils ne l'étaient il y a vingt ans. Ce qui m'amuse, c'est que ça arrive immanquablement et que je ne peux m'empêcher d'y voir un réflexe de disculpation. Au fond, je m'en fous. Ça me fait rigoler surtout ...

Tto, qui s'amuserait presque de tout dis donc ...