Il est moins 5

Faut être lucide, je préfère que les twittos sans vie mais qui se complaisent à croire que la leur est bien meilleure que la tienne à longueur des photos ineptes qu'ils publient ... Oui oui, je préfère qu'ils croient que je jalouse leurs vacances et que leur vie est tellement plus sympa que la mienne ... Oh oui oui oui, je préfère tellement ça plutôt que de les croiser par ici tous les jours et les entendre se plaindre, se lamenter, grommeler ou que sais-je encore sur tout et n'importe quoi. C'est tellement mieux quand ils sont loin, tellement mieux quand ils feignent de découvrir des trucs incroyables qu'ils critiquaient des années avant, tellement mieux quand ils ne polluent pas mon quotidien ... En un mot, c'est tellement mieux quand ils ne sont pas là et qu'ils s'inventent un bien-être tellement factice qu'il ne survivra pas aux quelques heures de leur retour si difficile et compliqué à vivre tu comprends ... les bipolaires en action [mais faut pas leur dire sinon t'es dégueulasse dans le meilleur des cas ou homophobe s'ils ont décidé de mettre en avant leur caractère fragile de garçon sensible ... tartufferie ultime].

Or donc, Paris est quasiment vide mais saupoudré de quelques touristes qui sont finalement moins gênants que les casse-couilles usuels qui ont eu la bonne idée de partir bien loin dans des destinations flattant leur narcissisme. Et c'est bien cool ça ... limite, je reste à Paris d'août rien que pour ça ! Moins de monde, le plaisir d'aller bosser en Autolib à n'importe quelle heure du jour, le plaisir de pouvoir se dire qu'on va déjeuner un peu n'importe où sans que cela ne soit pris d'assaut. Non vraiment, c'est bien plus reposant et comme j'évite les transports en commun dont les rames se font rares [quand il ne s'agit pas purement et simplement d'un poste d'aiguillage de la SNCF qui fout le bordel pendant 4 jours], c'est le pied absolu.

Sauf que comme d'habitude, les barbouzous revêches et autres consciences vermoulues délivrant les satisfécits au gré de leurs humeurs vont bien finir par revenir, hélas. Ah ça oui, c'est bien un cadeau qu'ils ne nous feront pas, nous gratifier de leur absence. C'est comme ça, ils sont un peu comme des verrues sur une voûte plantaire dont j'ai tous les ans le plaisir de constater que l'état s'améliore quand ils ne sont plus là. Mais il ne faut y voir aucun lien de cause à effet surtout ...

Donc oui, ils vont revenir d'ici 5 à 8 jours et ils vont nous infliger leur déprime, leurs sentences et même leur présence ... c'est dire si on va être gâtés. Ah mais je sais, ils diront que je suis aigri ou de retour dans une misanthropie lassante, bien sur ! Alors que finalement, je leur suis reconnaissant d'être partis ! Tu vois la gentillesse qui est la mienne et c'est sincère en plus. Je vais donc goûter avec le plus vif intérêt le nectar de leur absence pendant encore quelques jours providentiels ... passé le 15 août, comme des moutons, ils seront tous de retour. L'avantage, c'est que le retour de la meute correspond à une bonne nouvelle malgré tout : mon départ à moi. 

La destination a été choisie, les hôtels sont réservés et tout le programme est fait.
Et comme je suis aussi gentil avec les affreux qu'ils l'ont été avec moi, ce seront trois semaines d'absence pour ce qui me concerne !

Tto, qui n'en peut plus des connards