2016 - LA SIT'COMPAGNIE CHERIE

L'avantage de la Compagnie chérie, c'est que tu n'es jamais déçu. Et pourtant, j'avoue que je m'y attendais mais tu conserves toujours le secret espoir que les gens ne soient pas aussi médiocres que tu penses qu'ils pourraient l'être. C'est en définitive leur seul avantage : ne pas te décevoir à ce niveau ...

Et là, j'ai toujours expliqué que j'avais à faire à des championnes du monde. Il n'aura en effet pas fallu attendre trop longtemps pour qu'on arrive à venir me dire "T'es bien reposé ?" ... la connasse qui a un baobab dans la main et qui croit que je me suis tapé deux semaines de convalescence pour me reposer. Si je pouvais bouger correctement, je l'aurais foutue dehors ... au lieu de cela, j'ai seulement répondu "Ah mince, j'ai oublié, va falloir que j'y retourne alors ...".

Donc oui ensuite, j'ai eu le très compatissant "Tu as pu te reposer j'espère" auquel il ne faut oublier d'ajouter "Oh bah j'imagine que tu ne sens plus rien maintenant" puisqu'il est très évident que je suis entouré d'expertes médicales.

Voilà voilà ... moi, je marche comme si j'avais 40 ans de plus, j'ai cette douleur lancinante qui me poursuit et m'empêche de me sentir bien, je passe des nuits bien pourries me plongeant dans un état de fatigue assez profond et, surtout, j'en ai plein le cul d'avoir mal depuis plus de trois semaines ! Et donc j'entends ça ... 

Ce matin, en arrivant dans mon bureau, j'ai senti ce gros décalage ... cette grosse envie de ne pas être là, cette furieuse et impérieuse aspiration à changer tout cela puisque rien ne me rapproche plus de ces gens là. Comme une évidence de se dire qu'il va être grand temps d'aller voir ailleurs si je m'y trouve. 
Oui parce que depuis mon interminable absence sur laquelle tout le monde a spéculé [imaginant que j'allais jouer les prolongations à telle enseigne que certaines dispositions ont été prises dans cette perspective pour me remplacer sur plein de trucs qui créent les jalousies], tu imagines bien que les vautours n'ont pas tardé à venir mettre le nez dans mes affaires, décrier ce qui pouvait l'être et intoxiquer les autres puisque je n'étais pas là pour me défendre. C'est sympa hein ? Ah oui, j'ai un bien joli métier hein ... Faut que je ferme ma gueule parce que je suis bien payé et que je bosse à deux pas de l'Elysée dans les quartiers chics, mais ça on l'oublie aussi ... On oublie que cela provoque une tension anormalement haute en ce moment avec toutes les conséquences qui vont avec.

Mais faut pas se plaindre hein ... Entre ceux qui t'abreuvent du "ah non mais le boulot, c'est que le boulot" et qui n'en font rien et ceux qui t'expliquent que tu as déjà bien de la chance d'être là où tu es alors qu'ils n'ont pas le quart de la moitié des aptitudes à pouvoir le faire, j'te jure qu'on est bien Tintin ...

Tto, de retour dans une triste réalité