LA SEMAINE HOSTTO

Depuis lundi dernier où je t'annonçais que ça allait moyen, le moins que l'on puisse dire c'est que tu n'en sais pas plus sauf si tu as usé de mon numéro de téléphone magique [voire de celui de Zolimari ... moins magique certes] pour avoir des nouvelles. Et c'est vrai qu'il y avait matière ... Après le premier épisode, laisse-moi donc te raconter tout ça.

TictacOui, je n'ai pas le choix parce que vu l'état de délabrement prononcé dans lequel je suis, quelle est finalement la solution : je suis plongé dans le noir depuis 3 heures, je ne supporte plus la moindre lumière ni le moindre son et mon mal de tête ne diminue pas. Si je pouvais me faire exploser le crâne, j'irai vachement mieux ! Donc, je m'habille pour aller aux urgences, Zolimari est prêt, je pleure tellement j'ai mal au crâne et là ... en attachant le dernier lacet de mes chaussures, d'un coup cela se calme un peu. Fini le boum boum incessant et cette barre transversale qui me ceinturait la tête. Je ressens encore des douleurs mais plus rien de permanent. Quelle amélioration ! Là, où je n'arrivais plus à me stabiliser ni même dormir parce que j'étouffais, là d'un coup ça semble s'méliorer. Zolimari, comprenant que les choses changent, temporise et remet à plus tard notre départ en m'expliquant que si ça reprend, on ira. Sauf que ça ne reprend pas aussi violemment ...oui ça continue bien sur mais bon, c'est presque supportable là où c'était inhumain avant [et Dieu sait que je suis dur à douleur]. Par précaution, Zolimari file chez ses parents chercher un ventilateur qui va m'aider à supporter la canicule. Je finis donc la journée dans le canapé où je supporte un peu plus la télé et je m'endors pendant que Zolimari vaque à ses occupations et prépare sa valise pour aller à Toulouse le lendemain soir [le pauvre n'est pas parvenu à échapper à ce déplacement]. Comateux au possible, je me réveille vers 23h et je vais me coucher avec le ventilo à fond pour dissiper la torpeur nocturne.

TictacMercredi matin, ça va bien mieux que la veille même si j'ai mal aux yeux quand ils tournent. Pas bon signe mais ça va globalement mieux. Je file m'acheter des céréales au supermarché parce que ce matin, ne mangeant pas grand chose depuis quatre jours, j'ai envie de Trésor ! Quel plaisir ... quand tu crèves d'envie d'un truc et que tu le manges ensuite, c'est le paradis. Je dévore mon bol que j'accompagne d'un verre de jus de pomme. Mes parents m'appellent pour savoir si je suis toujours vivant et ils m'annoncent que Zolimari les a prévenu que j'étais seul ce soir et qu'il n'était pas question que je passe la nuit comme ça surtout dans mon état. Donc ils vont venir me chercher ... là encore pas trop le choix de dire quoi que ce soit, quand t'es KO, t'es KO.
Je regarde donc un film avec des garçons qui vont draguer au bord d'un lac ["L'inconnu du lac"] dont je ne comprends pas que les gays l'aient trouvé vulgaire et les hétéros totalement pornographique, les pauvres chous. Et puis ensuite, je file à nouveau m'acheter à manger : j'ai envie de pain et de rillettes de poulet. Avec un bocal de cornichons, je bouffe bien en regardant "Angry birds, le film" qui est vraiment sympa [c'est te dire si je suis dans un état paradoxal". Mes parents arrivent juste à la fin du film, ma Môman me trouve cadavérique, m'a amené un dessert et me dit qu'elle va faire main basse sur tout le linge qui traîne et s'emploie à faire le ménage pendant que je dois préparer mes affaires. Pas de doute, je dors chez eux ! On part vers 15h30, je ne suis pas trop mal mais en arrivant chez eux, les maux de tête reviennent dare dare. Les deux parties de Scrabble m'achèvent et je fais ma seconde inhalation de la journée dans le secret espoir que cela continue de me décongestionner. Pas vraiment ... Faut dire qu'il y a davantage de lumière chez mes parents que chez moi, c'est probablement ça avec la fatigue. Mes parents préférant me laisser leur chambre parce qu'il y fait plus frais, je file me coucher avec leur ventilo non sans avoir pris une douche chaude, qui comme la veille me soulage bien.

To be continued