KEEP CALM WEDDING IS COMING

De là à avouer une surprise tellurique, ce serait exagéré ... n'empêche qu'ils m'ont bien eu les loustics résolus à faire leur fête à Zolimari et ton serviteur ...

Cette invitation à faire un pique-nique pour célébrer un départ pour l'une de nos témouines était très louche ... les grimaces de ma Môman la semaine d'avant [je la connais par coeur !!!], les questions insistantes sur notre emploi du temps lors d'un autre wikende, les textos qui arrivent comme ça alors qu'on n'en reçoit jamais d'eux ... non vraiment, tout était très louche et cousu de fil blanc.

Mais quand même ... de là à imaginer qu'ils débarqueraient tous à 8h du matin chez nous, en sonnant trompette et faisant résonner musette ... comment te dire .... je préfère des réveils plus doux et duveteux. D'ailleurs, ce n'est pas moi qui a ouvert la porte, après qu'un attardé ne s'excite sur la sonnette. J'étais aux toilettes, tout nu et lorsque j'ai entendu la clameur une fois que Zolimari eut ouvert, je me souviens avoir respiré un grand coup, empoigné un pantalon de jogg, un sweat vert. Ah ça oui, ils étaient contents ... l'effet de surprise était là quand même et, tandis que Zolimari continuait à parler et les provoquer, j'ai fait comme d'habitude : j'ai observé, envisagé le degré d'hostilité à laquelle j'allais devoir faire face. Oui oui, la journée allait être dure.

Une douche et un semblant de petit déj après, ils m'ont relooké avec une robe immonde : même pas tu en veux en rideau dans un vieux camping car miteux, même pas tu peux envisager de faire les poussières avec, même pas tu te dis qu'on peut mettre une horreur pareille. Pourtant, cette robe tendance guimauve, jaune pisseux, aux formes étranges et au bustier peu adapté à mon humble personne [pour autant non dépourvu de formes avantageuses mais ... ailleurs], elle fut mienne toute la journée. A cela, ils ont ajouté avec la perfidie de Waquete une perruque multicolore que je lui avais offerte pour son anniversaire de l'an passé, un boa rose lui aussi offert et des guêtres arc-en-ciel ... tout ça oui, tous mes cadeaux offerts à Waquete l'année d'avant ! Il est donc très clair que Waquete n'aime pas les cadeaux que je lui fais ! Du coup, je vais être obligé de me forcer à en faire des pires ...

Bref ... alors qu'ils avaient déguisé Zolimari en gros bébé, c'est donc en travelo déglingué qu'on m'a demandé de sortir, de me balader dans les rues, d'aller prendre les transports en commun [train, RER et métro ... oui oui, la totale]. Et pour quoi faire ?

Le matin, welcome in La Défense [ouf, le samedi, c'est un peu moins rempli de monde ...] pour faire un escape-game où nous avons lutté contre des aliens, ma team étant futtée mais bon on n'est pas des prix Nobel c'est clair. Il faut dire que j'ai aussi cassé un des trucs parce qu'on me demande de tirer franchement sur la ficelle : bon bah, je tire clairement sur la ficelle moi ! Ca a tout cassé ... [mais ça nous a fait gagner un temps précieux]

Sortis de ça, direction Paris à côté de mon travail pour déjeuner un peu avant l'après-midi où nous avons retrouvé l'autre partie du cortège qui avait fait rebondir Zolimari habillé en bébé sur des trampolines. Direction vers un quartier très calme et désert : Montmartre !
Déjà, on m'a fait poser [souviens toi que je suis toujours un trav' mais que comme j'ai chaud et que mon rouge à lèvre se barre, ça donne encore moins envie qu'avant] devant un pipe-show et puis, cela a été parti pour des énigmes jusqu'à plus soif. Et forcément, avec des tonnes de défis qui nous ont permis de danser le french cancan devant le Moulin Rouge [oui oui, habillé comme ça]

C'est à cette occasion [les énigmes] que tout le monde a pu constater que j'avais une sacrée giclée ! Alors bon ... je précise : la giclée c'est le fait de savoir courir vite et de démarrer en sprint à la vitesse de l'éclair nonobstant ma robe. Du coup, Zolimari s'est tapé plein de défis comme d'aller servir les consommations dans le café d'Amélie Poulain, faire des photos avec des touristes, chanter devant chez Michou, j'en passe et des meilleures ...
Cela aura permis à tout le monde de mieux découvrir le quartier, de constater que ça grimpe pas mal et qu'on y trouve des tas de choses. Heureusement que j'avais le vague souvenir de deux trois trucs comme l'endroit où se trouvait la maison de Dalida ou encore son buste ...

Vers 18h, nous avons dit STOP à ce jeu infernal où je n'en pouvais plus de courir, dégoulinant tout ce que je pouvais dans ma robe immonde. Un petit coup dans un café à côté de la Place du Tertre et hop, zou pour aller faire des photos devant le Sacré Coeur [j'te dis : que des endroits où il n'y avait personne]. Comment te dire que ma présence féminine a été remarquée, soulignée parfois par des "T'es bonne chérie" sortis de certains troquets [quand on plait, c'est pour la vie !!!], a même amené certains à prendre des photos posées ou non [la France Môssieur !!!] et même que j'ai fait peur à des enfants qui avaient peur de m'approcher.

Nous avons échoué au Tagada bar où j'ai siroté deux mojitos pour me permettre de rejoindre le resto de 21h30 où une tablée était réservée pour tous les joyeux drilles de la journée. N'y tenant plus, nous sommes rentré vers 1h du mat ... qu'est ce que j'ai été content de me doucher et ... le lendemain, de m'enlever enfin ce vernis à ongles rouge [ah oui, ils m'ont fait ça aussi ... ce qui m'a permis de constater que tu ne te sers pas exactement de la même façon de tes mains que tu aies du vernis ou non].

Une journée mémorable, voilà ce que fut cet enterrement de vie de garçons ... En nous couchant, nous nous sommes dit "Ouf ... ça c'est fait !!!", tout fatigués que nous étions et claqués au delà du supportable [on a quand même failli en perdre deux ou trois sur le chemin ... et les récits de crampes et autres séances de repos forcé du lendemain m'ont fait bien rigoler parce que l'arroseur est parfois arrosé !!!].
C'était finalement l'occasion rêvée de se venger. Comme me l'a dit mon frangin qui participait de la désintégration de toute estime de moi, "pour une fois qu'on peut s'en donner à coeur joie" ! Et comme je suis bon client pour les déguisements, ça allait. N'empêche, peu avaient saisi le côté compétiteur qui est le mien ... j'suis un vrai chien quand on joue. 

A la lumière de tout cela, une chose s'est imposée : on va reconfigurer certains trucs du mariage, Zolimari ayant regretté d'avoir été trop gentil en censurant certaines de mes idées [alors qu'ils sont tous venus se rassurer en nous disant "Ca va hein, on n'a pas été trop méchants hein ..." comme pour implorer une éventuelle clémence] ... Tu devines évidemment le sourire carnassier qui est le mien depuis ...

Tto, massacré