Les contraires s'attirent - Le bisou

S'il y a des différences dont j'aime à dresser la liste et alimenter les détails ici dans cette rubrique éminemment impudique, le bisou est un sommet de ce qui constitue les contraires qui m'attirent à Zolimari et inversement.

Depuis le premier soir, Zolimari m'appelle Monsieur Bisou [et c'est bien la première fois puisqu'auparavant jamais on ne m'avait caractérisé ainsi ... il faut dire que jamais auparavant je n'avais eu autant envie d'embrasser quelqu'un que Zolimari]. Cette tendance consistant à coller mes lèvres [et même y ajouter un petit bonus farfouilleur] contre les siennes, je ne me l'explique pas depuis 10 ans ... peut-être qu'il embrasse très bien, peut-être que j'ai faim de lui, peut-être que ses lèvres duveteuses et charnues sont également attirantes, disons qu'il s'agit d'une conjonction de facteurs [qui sonne toujours plusieurs fois]. Et pourtant, en matière de bisous, nos désirs ne sont pas uniformes bien que cela n'affecte pas le moins du monde l'attraction en résultant.

- Zolimari n'aime pas que je l'embrasse le matin, moi j'adore ça.

- Zolimari n'aime pas que j'y mette la langue, je me plais à le faire quand il ne s'y attend pas ... et forcément, ça le fait gueuler parce qu'il trouve ça "dégueulasse". Oui oui, c'est très valorisant ...

- Quand il a envie que je l'embrasse, je m'amuse à l'embrasser sur la joue ... et là, clairement, il se vexe parce que là d'un coup, je n'ai évidemment plus envie de lui, je vais le quitter et il le savait bien que le charme finirait par cesser ... Drama, drama ...

- Il n'aime pas que je le couvre de bisous dans le cou, j'adore qu'il me le fasse. Il m'a expliqué qu'il avait peur des suçons mais avec le temps, il a compris que je n'étais pas coutumier du fait d'en être l'auteur.

- Il aime les bisous secs, les lèvres collées l'une contre l'autre, j'adore les pelles bien langoureuses et lascives ... d'ailleurs, c'est toujours un signe : quand il accepte de se laisser entraîner sur ce chemin, c'est qu'on va aller vraiment plus loin.

- J'aime les bisous partout ... et quand je dis partout, c'est vraiment partout quand lui est plus classique. Quand mes lèvres ont l'idée ahurissante d'aller s'aventurer dans je ne sais quel recoin de son corps, je le sens qui se raidit [ce qui peut être bon signe] parce que chez lui, ce n'est pas conventionnel mais là aussi, Mr Bisou est parvenu à faire tomber toutes les lignes de défense pour mieux profiter des délices en résultant.

- Quand on s'embrasse, Zolimari jette toujours un oeil à gauche et à droite pour voir si l'on est observés. La dernière fois que je le lui ai fait remarqué, il s'en est vexé mais c'est un automatisme qu'il tient de l'époque où il avait peur qu'embrasser un garçon puisse lui valoir de se mettre en danger.

- Quand il a besoin de désamorcer une bombe, il m'embrasse à l'extérieur [tu sais, pour un retard d'1h30 / 2h], devant tout le monde comme pour éteindre l'incendie dont il voit bien qu'il ne fait plus que menacer, il est bien là. Et comme d'habitude, ça marche ! Je suis faible ...

- J'aspire parfois sa langue, lui ne le fait jamais.

- Il me caresse souvent le visage, j'avoue ne jamais y penser trop occupé à me laisser transporter ...

- Il multiplie les bisous en me submergeant de smacks rapides et frénétiques, je suis davantage sur un french kiss.

- Il avait du mal avec ma barbe parce que ça pique, il la préfère désormais à celle de trois jours qui me fait sembler au hérisson.

- J'adore lui embrasser les lèvres, du haut et du bas, tourner au tour de sa bouche ... lui me balance du "Tiens revoilà Mr Bisou" quand je l'embrasse trop.

En matière de baisers, nos différences nous rapprochent et confirment toute l'attraction que nous avons l'un pour l'autre.

Tto, french kisseur