2016 - LA SIT'COMPAGNIE CHERIELa ligne droite de la fin de l'année sonne, pour beaucoup, d'une façon différente et pour certaines pintades, cela rime avec l'obligation de faire montre d'une attitude sur-motivée voire obséquieuse destinée à maximiser une éventuelle augmentation. Oui oui, c'est de la retape !

Et là, la vergogne est bien loin parce que tout est permis ... Débiner les copines, être aussi onctueux qu'une mayonnaise de Bénédicta, faire des horaires incroyablement surprenants par rapport au rythme ordinaire, afficher une souplesse irréprochable mais tellement factice qu'elle ne fait plus illusion : tout y passe et depuis la rentrée, le glas des entretiens individuels [vaste fumisterie organisée par les DRH qui estiment que ça sert encore à quelque chose] angoisse les pintades pétries d'une ambition démesurée mais vénales comme cela n'est pas permis au point qu'elles se permettent tout.

Quant la flatterie est tellement exagérée, évidemment que tu ne peux pas imaginer que cela ait une quelconque efficacité. Oui mais ... à la Compagnie Chérie, avec des fossiles libidineux qui adorent voir les décolletés devenir plongeants curieusement à compter de mi-septembre, se délectent d'être outrageusement flattés de la sorte même s'ils savent que tout est feint et finalement abusent de leur position hiérarchique conférant cette parcelle de pouvoir, tout est possible et même pire : ça marche.

Ainsi, voici l'histoire d'une secrétaire qui a décidé de mener son monde à la baguette, en étant plus peste que Nelly Olson mais en faisant les sourires aux personnes qui vont bien ou qui peuvent avoir, ne serait-ce qu'indirectement, un peu d'influence sur son parcours professionnel. L'été étant passé et après qu'elle ait réussi à dézinguer l'une de celles qui lui bouchait une partie de l'organigramme, ne voila-t-il pas qu'elle a décidé de se faire bien voir de son directeur, de sortir de la pénombre et de sur-jouer le bien-être au travail comme Francis Huster massacrerait du Molière.  Rien n'est plus important qu'une quinquagénaire sans espoir de promotion qui va bien dans son travail ... comme on ne peut rien lui faire espérer, si elle sur-joue le bien-être, on pourra raisonnablement lui donner un petit quelque chose en fin d'année pour s'en attacher les services dévoués et la motivation [certes aléatoire]. Ah oui je sais, ce n'est pas glorieux mais tapiner ne l'a jamais vraiment été ...

Et en guise de tapinage, j'avoue être assez estomaqué de la palette qui est servie et que j'observe, médusé, de loin ...
Le bien-être, c'est décocher un "Bonjooooooooour" fracassant tous les matins, quitte à ce que cela soit une véritable agression, surtout quand tu remets en perspective une telle initiative totalement insincère. Le bien-être, c'est jouer des coudes pour participer à toutes les manifestations dans la Compagnie Chérie, histoire de se montrer et de serrer des mains. Le bien-être, c'est annoncer avec les trompettes de Jéricho qu'on va participer à la course de la "Parisienne" comme les autres [qui sont pourtant plus athlétiques et forcément mieux préparées] histoire de démontrer à outrance le corporatisme naturel de l'esprit d'équipe ... Le bien-être, c'est faire en sorte de figurer dans un article d'un grand quotidien populaire pour dire qu'on trouve matière à se dépasser dans un challenge sportif comme une course de running réservée aux femmes et pourtant qu'on est ronde donc qu'on progresse. Le bien-être au travail, c'est claironner sur tous les toits qu'on est tellement motivée à se dépasser dans le sport qu'on s'est même attaché les services d'une coach !!!

Tu me croiras ou pas, mais sa hiérarchie trouve cela admirable, la prend en exemple vis à vis des autres qui sont ahuries qu'une si grosse ficelle permette encore d'affirmer qu'il y a une once de crédibilité dans tout ça. Bah oui mais voilà ... ça marche et la bougresse a marqué des points et est quasiment assurée de monter sur le podium de la prochaine réunion du personnel à raison des efforts colossaux ainsi fournis. Qu'on ne s'y trompe pas, sa motivation retombera en février quand les augmentations seront distribuées et qu'elle aura eu ce qu'elle espérait, ... comme tous les ans !

L'écoeurement est total chez les autres, c'est un peu normal ... la stratège délègue son boulot le reste du temps et passe son temps à les prendre de haut. Mais c'est, comme tous les ans, un exemple d'esprit d'équipe qu'il faudrait mettre en lumière. Elle est juste prête à tout et elle ose tout. Ca tombe bien, c'est à ça qu'on les reconnaît ...

Tto, assez navré