avatar UNEVIEDETTO 2015 transp

En fait, oui, j'avais souhiaté redémarrer une saison, la douzième, ce matin. J'avais espérer pouvoir me dire que le déclic viendrait vite, que tout serait fait rapido costaud et que l'appétit venant en mangeant, mon embon point légendaire permettrait de gérer l'affaire rapidement et sans trop de difficultés.

Il faut dire que j'y pense à cette rentrée depuis plusieurs mois. Des envies nouvelles, quelques tentatives à peine réprimées et le souci de faire quelque chose qui me correspond se sont faits jour et au gré de mes marches solitaires en Islande, j'ai trouvé des angles, des petites choses intéressantes au point même de me dire que je n'aurais décidément aps assez d'une vie pour pouvoir tout faire. Et puis, je suis rentré et rapidement est apparu le constat que rien ne serait prêt à temps. Je ne veux pas reproduire l'improvisation de l'année dernière qui m'a laissé un goût amer.

Aussi, la page de la rentrée reste donc blanche cette semaine encore et est décalée. Te dire que ce sera lundi prochain serait mentir : cette année, on va faire autrement. Cela étant, la question demeure de savoir à quoi va servir cette nouvelle saison ...

Et c'est finalement le propre de toutes les saisons. L'année dernière, je voulais davantage de fond, moins de zigounettes et autres trucs superficiels. Je voulais un nouveau rythme et bousculer quelques habitudes : j'ai perdu à cette occasion beaucoup de lecteurs. Je voulais aussi continuer à te raconter ma vie, ce que je n'ai finalement pas tant fait que cela. Oui, il faut le dire : la saison XI me laisse un goût amer, quasi mitigé. Elle ne me plaît pas. L'interruption de cinq semaines n'aide pas non plus, mais cette interruption a été salvatrice parce que j'étais épuisé et que je répugne toujours à galvauder ce que j'écris.

Cette année, l'ambition est plus personnelle. J'ai des choses à dire et je n'entends plus profiter des réseaux sociaux pour le faire. Twitter m'épuise, Facebook est insipide et markété ... de plus, il est impossible d'y développer une argumentation construite, les rageux hystériques et infatués s'y déchainent trop. Oui, je suis plus perméable que je ne l'avais imaginé et j'ai été trop déçu par le sectarisme pugilistique imposé comme une démarche obligatoire. J'ai besoin d'air et j'avoue que plusieurs semaines d'abstinence à cet égard font un bien fou et laisse les nombrils boursoufflés pour ce qu'ils sont : insignifiants. Donc, j'ai tribune libre ici et j'entends en profiter d'autant que le menu de l'année est copieux. Les envies sont nombreuses également, ce qui finalement, aligne les intérêts.

Une année plus personnelle, une année plus surprenante, une année plus pleine de sens, une année plus qualitative [même si la quantité quotidienne demeure], une année plus romancée aussi, une année plus curieuse et probablement une année plus intime.

En préparant les tests de la dernière saison (f)estivale, je me suis surpris à faire un test dark-side qui n'a finalement pas été publié : j'ai jugé qu'il fallait un peu de temps pour introduire de telles révélations. Mais, c'est l'idée : ouvrir [enfin ...] ce continent inconnu de ma dark-side, de certains non-dits devinés par certains. En même temps, la légèreté et le pep's de l'époque m'accompagneront encore et toujours parce que je n'existe pas sans mon époque ni ce qui la compose. La futilité aussi, la politique encore et surtout en cette année terriblement chargée comme la curiosité seront évidemment au menu de ce festin. Je n'oublie pas non plus ta participation active qui sera encore plus sollicitée cette année.
Et puis, il y a le reste : la surprise de l'aléa, le déroulement d'une vie pleine de surprises.

Tout cela mérite bien qu'on entame cette douzième saison dans les meilleures conditions ... dans quelques jours donc.

Tto, presque prêt