valises_vacances_fotolia

Il faut se le dire : les vacances avec Zolimari et ton serviteur, c'est souvent enchanteur mais alors des fois, ça déconne totalement.

Quand les négociations mettent des plombes à aboutir [pire qu'un sommet européen avec une dizaine de britanniques qui compliquent tout] ou que le doute envahit Zolimari tant sur le positionnement économique de ce que nous avons choisi ou même la destination en tant que telle, ça part mal. Et, tu ne le croiras peut-être pas, mais cette année, c'est mal barré.

Laisse-moi te raconter la genèse de l'impasse dans laquelle nous sommes.

Au retour de la Nouvelle-Zélande, je me suis attaché assez rapidement à trouver la fameuse "next step" et j'ai rapidement choisi d'imposer sans vraiment de négociation, un wikende à New-York parce que cela va bien comme cela. Zolimari était forcément "pour" puisqu'il me tannait depuis des lustres pour que nous y retournions pour des vacances ... sauf que moi, je ne passe pas des vacances à New-York : je sais que je ne supporte cette ville que 6 jours maximum ... aussi le wikende ed 5 jours était parfait !

Mais ... cela fait, il s'est agi courant mai de savoir ce que nous allions faire de nos vacances d'été ! Parce qu'il faut bien ne pas négliger cette échéance dont j'aime à penser qu'elle nous rapproche du commun des mortels ... Et là, ... gros blanc. Au gré d'une discussion, nous avons commencé à évoquer l'Islande.

Ah l'Islande ... tout ce soleil, toutes ces plages qui n'existent pas, tous ces manteaux qu'on ne quittera jamais mais ces superbes paysages et ces environnements ô combien nordiques, tellement nordiques que nous n'en avons jamais touché d'aussi nordiques. Oui, en destination de vacances d'été, l'Islande ça ne fait pas rêver mais je te rappelle que nous avons passé deux semaines en Ecosse jadis, et je n'ai quitté mes pulls qu'une seule journée en plein été ! Quand le pays est très beau, why not.

Quelques cotations à gauche et à droite ont commencé à nous faire comprendre que le voyage en question n'était pas bon marché. Mais à ce point, ça devenait même onéreux. Et parce que la comparaison est toujours présente, on s'est rapidement rendus compte que la Nouvelle-Zélande, bah c'était moins cher ! Bref, ça nous a douché un peu ... ce d'autant que tous les agents construisent un circuit sur 15 jours alors que nous voulions 20 jours. Bref, ajoute à cela les hébergements qui confinent carrément aux auberges de jeunesse avec partage de la salle de bain et gros dodo dans un chalet commun, les deux petites porcelaines fragiles que nous sommes ont gloupsé.

Et puis, début juin ... Zolimari a profité de mon absence à Perpignan pour dégoter une fabuleuse promotion sur des billets d'avion pour Rekjavik ! Pas cher ... et nonobstant mes avertissements sur le caractère prématuré de l'achat, il les a pris parce qu'il ne supporte pas de ne pouvoir profiter d'une bonne affaire. Donc on a des billets d'avion avec des dates qu'on ne peut plus bouger ... et c'est bien là le problème : il y a désormais une date qui ne lui convient plus à lui en raison de contingences professionnelles. Tu le vois le binz ???

Résultat des courses et pour la première fois depuis bien longtemps : je suis dans l'incapacité de te faire baver avec la prochaine destination dont j'ignore sincèrement ce qu'elle sera au moment où j'écris ces lignes ... Bon ok, j'ai bien une idée de plan B, C, D voire E pour contrecarrer cette fatalité qui nous condamnerait à devoir envisager de rester en France [mais quelle horreur !!!] ... Et les plans de rechange conjuguent beaucoup de soleil et probablement des destinations déjà découvertes il y a quelques années voire récemment. Mais c'est là que tout va se compliquer, c'est qu'il va falloir faire avec ce qu'il reste et surtout trouver le fameux dénominateur commun qui convienne à Zolimari qui est submergé par la difficulté ...

Bon en revanche, si tu ambitionnes d'aller passer quelques vacances en Islande, dis toi que j'ai peut-être deux aller-retours qui pourraient t'intéresser ... ou pas !

Tto, en pleine remue-méninges mais pour la bonne cause