Musics of my life

En écho avec la semaine "This week will be music" que j'avais programmée l'année dernière, j'ai décidé d'entamer une série finalement très personnelle à base de musique.

La musique m'a toujous accompagné, je l'ai pratiquée et je m'amuse encore à le faire régulièrement puisque je pense pouvoir dire que je suis musicien. Je suis surtout un garçon suffisamment sensible pour pouvoir imprégner des émotions sur les mesures de tels ou tels morceaux.

C'est tout l'enjeu de cette nouvelle série dominicale, qui viendra s'intercaler régulièrement avec "Les contraires s'attirent" : au détour d'une ritournelle parfois insipide ou même totalement rétro, faire passer des émotions sincères et très intimes. 
Les "Musics of my life" sont cette collection là, celle d'un récital de ma vie.


 

J'ai toujours eu une affection spéciale pour les chansons nostalgiques et mélancoliques ...

Et il n'y a pas tant de chansons de Sylvie Vartan qui ont retenu mon attention. Oui mais voilà ... La voix de la chanteuse colle assez bien à ce feeling londonien que j'éprouve parfois pour avoir vécu des émotions très contrastées dans la capitale britannique.

"Que reste-t-il de ...", tu peux tellement tourner ce début de phrase de façons différentes que cela fait écho en moi. Les paroles évoquent toujours quelque chose ... des noms de lieux que j'aime toujours autant arpenter quelle que soit la saison ... Je ne sais pas pourquoi, je me retrouve beaucoup dans cette chanson dédiée à la ville réputée la plus dynamique d'Europe.

"Que reste-t-il de nos amours, forever n'est pas pour toujours" est-il chanté ... cruellement oui mais cette ambiance de matinée spleenienne dans les rues de Londres me plaît. J'ai eu beaucoup de joies, de plaisirs mais aussi de tristesses. Londres maximise chez moi les sentiments et Sylvie Vartan traduit assez bien la langueur que, parfois, j'ai ressenti au gré des tintements d'une mélodie envoûtante. Et pour une fois, Vartan ne fait pas du Vartan ... ou encore pas trop.

C'est que, je pense franchement, je suis un garçon infiniment romantique et cette chanson ne l'est pas moins.
J'aime les sentiments pour les joies qu'ils procurent et, également, pour les douleurs qu'ils provoquent. J'ai été suffisamment abîmé par eux pour goûter avec bonheur la joie qu'ils m'apportent.

Qu'il fasse beau ou qu'il pleuve sur London ou ailleurs ...

Tto, sensible boy