Les contraires s'attirent - Les fringues

S'il y a un terrain de divergence entre Zolimari et moi, c'est bien notre rapport aux vêtements. Ce n'est pas qu'il est habillé n'importe comment ou que je sois fringué comme un vieux. Il faut tout de même mettre de la nuance là dedans ...

Autant je suis fringaholic à traîner dans les magasins en permanence pour m'acheter tout ce que je n'aurais pas encore dans ma garde-robe, autant Zolimari est assez indifférent à cette hystérie. C'est bien simple : il a 3 cravates [en ce compris une cravate dont j'ai juré la perte ... et je l'aurai !!], je dois atteindre les 120 ! Il a quatre costumes, j'en ai une quarantaine. J'ai deux fois plus de chaussures que lui, trois fois plus de manteaux. Nos garde-robes sont donc sans commune mesure ...

Mais ce n'est pas la quantité qui fait la qualité en l'occurrence ... En rangeant récemment nos affaires respectives, je me suis surpris à constater une chose assez simple : même au niveau des couleurs, j'ai pratiquement tout l'éventail possible [en dehors du jaune, pour lequel je suis disqualifié à raison de la couleur de mes cheveux] alors que lui se ocncentre sur des couleurs récurrentes comme le noir, le marron, le rouge et le bleu [à quelques exceptions près].

Depuis que nous vivons ensemble;, je peux m'enorgeuillir tout de même d'avoir remporté plusieurs victoires. Je l'ai forcé à monter en gamme quand il m'a obligé à retrancher une taille. Oui c'est exactement comme ça qu'on peut le dire : j'ai adopté la taille M et lui a délaissé les DIM et les magasins Brice. Mais quel bonheur !!!! J'en pouvais plus de ces DIM affreux qui ne donnent pas la bonne forme aux attributs virils qui vont bien, avec des couleurs hideuses. Lui a exigé que j'adopte des vêtements qui épousent davantage mes formes desquelles je n'étais pas spécialement enclin à donner une telle visibilité. 
Cela a eu pour effet de faire en sorte que nous partagions nombre de choses ...

Le stock de polos est commun. Les tshirts pourraient l'être mais mon adoration pour les couleurs qui le font hurler comme les motifs ou messages trop directs le révulsent. 

J'ai l'oeil pour le style, les coupes et les tendances. Il a l'oeil pour les couleurs et ce qui me va ou pas. C'est bien simple, quand j'hésite je lui en parle et il me livre toujours un verdict assez tranché [et je remballe souvent une intuition un peu novatrice]. Parfois, j'évite de lui en parler parce qu'il va bloquer.
En échange, il m'appelle souvent à la rescousse pour faire ses noeuds de cravate, le conseiller sur une association de couleur ou encore savoir si la coupe est bonne et si cela ne le transforme en sac à patate [alors qu'il a de si jolies fesses].

Je suis coquet, il ne l'est pas.
Je suis shoppeur, il n'y va que pour me faire plaisir ou dans le cas d'une absolue nécessité.
Il a le bon goût urbain, je le suis souvent.

Dans la penderie aussi, nos oppositions nous rassemblent ...