Tto est un con

Ce matin, la vérité m'a frappé d'un coup, comme ça avec la force de l'évidence. Y a pas de doute : je suis vraiment con !

Pourquoi est-ce que je réalise enfin ce que tous mes détracteurs ne cessent de proférer à mon égard ? Laisse-moi te raconter ma vie ...

Rentré de vacances le 20 septembre, j'imaginais que je pouvais disposer d'un forfait de transport en commun. Oui, en 2015, j'avais présumé qu'on pouvait disposer d'une formule assez souple permettant de combler la dizaine de jours manquant d'ici le mois suivant. Funeste erreur, à plus forte raison le premier mois où le dézonnage a été mis en place sur toute la région parisienne ... Bref, passons ce micro détail. Il se trouve donc que je me suis rabattu sur un ticket hebdomadaire et je me suis résolu à devoir compléter les trois derniers jours de septembre par des tickets unitaires. 

Ainsi donc, ce matin, je me pointe dans ma gare de prédilection et je procède à l'achat de deux nouveaux tickets pour rallier Paris, ce qui évidemment prend un temps de dingue. Mais je suis un garçon respectueux de la règle en sorte que je ne concevais pas de prendre les transports en commun sans m'acquitter de mon titre de transport même si ce voeu était contrarié par une offre commerciale désuète et totalement inadaptée.

Je prends donc ce matin mes deux tickets et hop, je m'avance pour composter ledit ticket et là, un gars me colle au train pour essayer de passer en douce et, lui, ne pas faire en sorte d'avoir la même démarche citoyenne et surtout réglementaire.

Je l'ai regardé et comme il me poussait, je n'ai finalement pas eu le choix de le faire passer avec moi. Mon regard revolver ainsi que mon soupir a provoqué chez ce connard de vingt ans, looké comme cela n'est pas permis à Saint Cloud [c'est te dire toute la misère de l'individu] une réaction : "Bah quoi c'est bon quoi ... Faut s'aider quand même, putain !".

Le pire dans tout cela ... c'est qu'il vient donc me reprocher une absence de solidarité alors que son comportement creuse le déficit commercial des transports en commun, alors que moi je prends consciencieusement mon ticket, qu'il n'a pas manifestement de soucis d'argent [quand bien même, ce ne serait pas une excuse tant il existe d'aides sociales pour permettre même aux plus défavorisés de prendre les transports en commun dans les règles] et qu'il m'invective de la sorte devant trois membres du personnel de la SNCF à qui cela fait ni chaud ni froid [trop occupés qu'ils étaient à choisir de ne pas voir].

C'est bien simple : j'ai trouvé la situation ahurissante et cela a, une fois de plus, renforcé ce sentiment qui devient de plus en plus prégnant chez moi de me dire que ce pays est insupportable. Ah que je me plais de voyager dans d'autres endroits où je m'aperçois, comme au Portugal, que la proportion de fraude dans les transports en commun est quasi-nulle puisque l'on est très contrôlé et que je veux croire qu'il y a davantage d'esprit de responsabilité !! Ah que cela me fait mal quand je reviens de me dire que la France a perdu la notion même de respect de la règle la plus élémentaire.

Ah ça oui, pour donner des leçons à la planète entière, il y a du monde mais pour s'aquitter d'un titre de transport, on se plaît à toujours contourner et, finalement, faire payer davantage les gros cons comme moi qui s'évertuent à maintenir l'exigence morale de s'acquitter de leur titre de transport. De telles mesquineries me gonflent, me saoulent et me rendent intolérant en sorte que oui, je l'avoue, je me félicite quand des gens se font contrôler et verbaliser même si je connais le sort qui sera réservé à la contravention en question.

Le trou-du-cul qui m'a fait le procès de la solidarité ce matin méritait d'être reconduit derrière l'enceinte de la gare et qu'on le force à acheter un ticket. Mais pour cela, il aurait fallu que les agents de la SNCF ait plus d'esprit de responsabilité que lui ... En l'occurrence, j'ai vraiment eu l'impression de voir un match nul : un partout, balle au centre et moi, je continue comme un con à me conformer à une discipline qui n'est plus générale. C'est triste et révoltant.

Je pense qu'un jour, je partirai vraiment parce que j'en ai assez qu'on légitime, même par l'inaction, ce genre de comportements qui ne renforcent vraiment pas le lien social faisant cruellement défaut aujourd'hui, avec toutes les conséquences que cela aura très prochainement.

Tto, gavé