La première curiosité de notre excursion jordanienne, c'est assurément la Mer Morte. 

En fait, tout est fait pour te tromper avec la Mer Morte ! Déjà, ce n'est pas une mer ... c'est un lac salé partagé entre Israël, la Jordanie et la Palestine [tu imagines le côté mort de la situation géographique !!]. D'où la deuxième imposture ... elle n'a rien de mort !

D’une surface approximative de 810 km², la Mer Morte est alimentée par le Jourdain.

Mais la troisième difficulté que présente est que l'on n'est absolument en présence d'une mer normale ... Bon ok, normal puisque je viens de te dire que ce n'est pas une mer mais un lac ... c'est bien tu suis !

Regarde un peu ...

Alors que la salinité moyenne de l’eau de mer oscille entre 2 et 4 % et déjà que l'on trouve ça insupportable, celle de la Mer Morte est d’approximativement 27,5 %. Alors oui comme ça, ça ne te dit rien parce que tu ne t'appelles pas Mac Lesgy ! Ok ok, je simplifie pour les peu neuronés ... cela veut dire qu'il y a 275 grammes de sel par litre d'eau. Donc là, ça te parle certainement un peu plus ...

Dans ces conditions et au regard d'un environnement aquatique aussi hostile, aucun poisson ni aucune algue macroscopique ne peut subsister. Et donc ... c'est pour cela qu'on lui attribue le nom de "Mer Morte" !!! [Tu vas briller lors du prochain cocktail devant un Kévin subjugué par ton érudition ... tu vas être une star !!!]

Toutefois, ne va pas si vite en besogne ... Des organismes microscopiques comme du plancton, des bactéries halophiles s'y développent normalement.
De plus, en 2011, des sources d'eau douce ont été découvertes au fond de la mer Morte qui permettent le développement d'autres micro-organismes non-halophiles. Ah oui ... "halophile", tu veux savoir ce que cela veut dire ? Un organisme halophile est un organisme qui s'accommode ou a besoin de fortes concentrations en sel dans son milieu pour vivre.

Comme la mer d'Aral et le lac Tchad, la Mer Morte est cependant en danger : elle a perdu depuis 50 ans le tiers de sa superficie connue au milieu du XXème siècle. Le dessèchement est tel qu’une large bande de terre craquelée la scinde désormais en deux bassins distincts !
La cause essentielle de cette modification fondamentale de l'éco-système est la surexploitation croissante du Jourdain, sa principale source d’eau douce, à des fins d’irrigation.
L'autre cause majeure consiste en l’évaporation de volumes importants d’eau par les usines de production de sel de la mer Morte. Elles seraient responsables de l’évaporation de 300 millions de mètres cubes d’eau par an.

Donc voilà ... encore un chef d'oeuvre naturel en péril qui n'est rien d'autre qu'une bombe à retardement puisque la réduction de la superficie de la Mer Morte crée à terme un risque écologique déjà, économique de plus et géostratégique de surcroît dans une région qui n'en a vraiment pas besoin.

Et maintenant, après un crochet par les châteaux du désert, on descend vers le sud ... des splendeurs nous y attendent !

Tto, qui flotte mais ne peut pas nager