General Election UK

Il n'y a rien d'étonnant à ce que je sois fébrile ... les élections [pas nécessairement matinales] me font vibrer et celle-ci particulièrement parce que son enjeu théâtral dépasse la simple Chambre des Communes de Westminster.

La dramaturgie des élections britanniques est particulièrement bien mise en images par la télévision de ce pays et, en plus, le résultat est tellement serré depuis quelques scrutins [depuis la victoire de Tony Blair] que cela donne des soirées aux enjeux magnifiés.

Outre le fait que ce processus démocratique donne lieu à de très beaux shows télévisés [tant sur Sky que sur la BBC], le truc c'est que cette année, tout bon français vaguement européen est diablement concerné par l'issue de ce scrutin puisque le Premier Ministre de sa gracieuse Majesté a eu l'idée saugrenue d'essayer de ratisser large en promettant un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union Européenne ! Rien que ça ... demander au gens qui sont laminés par la crise si le bouc-émissaire classique, permettant d'excuser à peu près tout et n'importe quoi, ne doit pas être sacrifié au motif qu'il coûte évidemment trop cher et qu'il complique la vie de tout le monde, si ça ce n'est pas  une vraie vision politique de David Cameron !

Sauf que voilà, le piège se referme gentiment mais doucement sur l'apprenti sorcier qui croit dynamiter le courant souverainiste Ukip en usant de telles grosses ficelles qui finiront par se retourner contre le Royaume-Uni in fine puisque l'attachement des anglais à l'Europe n'est pas non plus inoxydable et jouer avec la défiance des peuples à ce point rapproche un peu plus le 10 Downing Street de l'irresponsabilité stérile parce qu'en plus, cela ne fait pas baisser Ukip.

David Cameron

Le deuxième enseignement de cette élection, c'est aussi de savoir si le Royaume-Uni sera contaminé durablement par la fièvre populiste qui s'abat sur l'Europe. La France a son FN certes mais elle n'est pas la seule et, partout, les élections sont un tapis rouge déroulé devant les discours nationalistes et extrêmes. Les dernières élections européennes ont permis de constater que tout le monde est touché, certains pays plus que d'autres puisqu'on recense clairement des mouvements néo-fascistes dans cette ligne anti-européenne. Ukip, en Grande-Bretagne, est du tonneau des euro-sceptiques sans être les plus durs de durs mais ils ont ouvert la voie d'un multipartisme de l'échiquier politique britannique habitué à un tripartisme mou [les travaillistes et les conservateurs se partageant le pouvoir depuis des lustres, les Libéraux-démocrates n'étant qu'une force d'appoint symbolique.

Crucial donc ... Mais aussi crucial pour le camp travailliste qui verra ou non Ed Miliband gagner la course du retour au pouvoir du parti de Tony Blair et de Gordon Brown. La gauche britannique, c'est un peu l'UDI en France c'est dire si l'on part de loin mais là aussi, l'élection permet d'éclairer le profil du leader travailliste. Tout le monde sait que le leadership du parti s'est disputé entre lui et son frère David, la fraterie Miliband ayant permis aux anglais de se délecter du tour de passe-passe intervenu entre les deux frangins, David étant le plus vieux le parti lui était promis et pourtant ... Il a fini par quitter la vie politique. Les anglo-saxons adorent ces histoires de famille ... Peu charismatique, Ed Miliband a réussi à trouver les bons spin-doctors qui ont permis de le remettre en chemin et il est au coude-à-coude avec David Cameron au point que le scrutin est des plus incertain.

On n'oubliera pas le Scottish National Party qui ne se présente qu'en Écosse et qui pourrait bien tailler des croupières aux deux partis principaux du pays. 

Bref ... que du bon pour ton Tto qui va encore passer du temps devant sa télé à se gaver d'émissions politiques anglaises avec des animations délirantes, des effets spéciaux incroyables et surtout un suspense de tous les diables. Les bureaux de vote ferment à 22h GMT, donc à 23h00 en France et c'est pile à ce moment là que des premières estimations seront diffusées, les résultats étant officialisés le lendemain ...

J'adore cette incertitude. Je ne suis pas persuadé que Cameron soit défait mais pas nécessairement convaincu qu'il parviendra à se maintenir : tout dépend de la percée de Ukip, du maintien des Green qui aideraient Miliband à former une coalition et ravir le pouvoir aux conservateurs. Bref ... I'm thrilled comme on dit là-bas !!!

Tto, tout content