Para connasse

C’est une règle quasi intangible : la pluie fait surgir les cons, et peut-être même les connasses.

Les cons, c’est certain et si tu en doutes, il suffit de prendre le volant à l’occasion d’une averse ou même d’une pluie persistante [oui parce qu’on pourrait envisager qu’avec le temps et la durée, les gens s’y fassent puisqu’il parait qu’on se fait à tout] … C’est quasi insurmontable : dès qu’il y a un peu d’eau sur la chaussée, les cons sont de sortie au point que plus personne ne sait conduire. On n’avance plus, on ne trouve plus son chemin au point de changer de direction n’importe comment en imaginant évidemment être tout seul sur la route. Ah ça … on ne va pas encore me lancer sur les Citroën [dont la marque demeure toujours l’anagramme  de Crétino, rappelons-le] mais quand même !!! Ce serait pourtant injuste de n’accabler que les dangers publics conduisant en Citroën et je n’ai pas la Citro-haine [oh oh oh]. En effet, toutes les marques sont concernées … hélas ! Nan mais c’est extraordinaire quand même … et tu as remarqué qu’on touche le fond quand il neige où là, c’est le grand festival du n’importe quoi général …

Or ce matin, il pleuvait. Donc les connasses qui conduisent ne voient plus les feux de signalisation, tournent n’importe où et roulent avec leur frein à main, des fois qu’elles aient la providentielle possibilité d’avancer un peu … Oui des connasses parce que déjà qu’au volant les filles sont calamiteuses, alors avec la pluie, c’est fromage et dessert ou l’illustration de ce qu’une catastrophe n’arrive jamais seule. Ouais ouais, tu peux me dire que je suis misogyne … j’adore ça !

200 (50)

Mais … parce qu’il y a un « mais », tout ceci ne serait pas grave si on s’arrêtait là. Parce qu’en fait, on devrait pouvoir se dire que puisque tout cela est gênant, autant aller sur le trottoir ! Et bien non !! Sur les trottoirs de Paris, tu n’auras pas la paix parce que la connasse y est également et, pire que sa présence, elle se dote de l’accessoire indispensable : son parapluie.

Alors bon, pour certaines, on pourrait plus honnêtement parler de parasols !! Nan mais tu as vu la circonférence des parapluies ?? Ce sont bientôt des paraboles de la NSA et si tu as le malheur de les croiser, gare à toi : elles ne bougeront pas pour éviter éventuellement de recevoir une micro goutte. Il ne faudrait pas que leur coiffure fantastique puisse en être altérée … ce serait si dommage.

Au-delà de cela, elles veillent en dépit de tout à ne pas trop se mouiller les pieds et épargner aussi leurs chaussures affreuses [comme si, alors qu’il pleut averse, elles pouvaient rester au sec], elles n’avancent pas, elles te foncent dessus avec leur parapluie mutant aux couleurs épouvantables [et je ne parle pas de la matière vinyle ou des motifs faussement design qui donnent envie de vomir] … Oui parce qu’en plus, elles continuent d’écrire leurs textos à leurs copines sans regarder où elles vont tout en étant équipées [la fille est mono-tâche contrairement à l’idée communément admise, c’est là que tu t’en rends compte].

Bref, c’est le parcours du combattant … d’éviter les crétin(e)s qui ont eu leurs permis dans une pochette surprise et les pétasses qui arpentent maladroitement en manquant de t’éborgner avec leur instrument. Déjà qu’il pleut, ce n’est pas la peine d’en rajouter.

200 (44)

Donc oui, la connasse parisienne en temps de pluie est … une plaie ! Mais une vraie hein … et ce matin où je devais venir bosser très tôt, elles m’ont bien gonflé à ouvrir leurs parapluies plein d’eau dans les escaliers, à marcher à l’abri avec leurs parapluies, à te percuter à l’envie comme si c’était à toi de te pousser, à ne pas avancer parce qu’évidemment elles n’arrivent plus à retrouver leur chemin quotidien au seul motif qu’elles sont embarrassées et qu’il pleut !

Tto, connassophobe