Le trentenaire me va bien ...
Curieuse évolution que celle dont j'ai pris conscience dernièrement moi qui avait jeté mon dévolu sur les vingtenaires finissant depuis des années en me disant qu'ils était l'Everest du fantasme libidineux de nature à permettre tous les transports amoureux.

Yves Simon

Dernièrement oui ... c'est en préparant le :cu(lt) de samedi dernier que je suis tombé sur la vidéo d'Yves Simon qui avait 33 ans lorsqu'il a tourné le clip diffusé samedi alors qu'il présentait une barbe nourrie [voir ci-contre]. Je me suis dit qu'il était pas mal et avec lui les trentenaires qui affichent une certaine pilosité mettant à bas la mode de l'imberbité qui m'a bien servi pendant des années.

Oui ... j'aime les trentenaires parce qu'ils sont moins arrogants que les plus jeunes, moins excessifs, plus spirituels, plus fragiles aussi ... J'aime cette tendresse qui se dégage d'eux parce qu'il n'est pas rare d'en croiser qui soient un peu cabossés, plus enclin à se moquer des stéréotypes qui aveuglent dans les premières années de la sexualité où l'on se prouve beaucoup de choses sans que cela ne corresponde à ce que l'on aime ou que l'on est.

Le côté juvénile m'a beaucoup plu par le passé parce que c'était marrant d'avoir à se dire que l'on pouvait modeler une matière brute, que l'on pouvait bénéficier du vent de la nouveauté, profiter du mouvement impulsif et vigoureux de la jeunesse. Le corps, en plus, se présente sous les meilleurs atours et autorise toutes les bacchanales les plus incroyables. Pourtant, avec le temps, je me suis rendu compte que cela était bien peu comparé aux attraits du trentenaire forgé dans sa vie.

Oui, le vingtenaire est certes frais mais il est finalement fade et j'aime les gens qui ont de la surface, du relief, qui présentent un matériau riche à travailler parce qu'au final, on arrive à moins de superficialité. C'est aussi ce qui fait que je redoute les crises d'adolescence tardive chez les trentenaires/quadras [cette fameuse crise de la quarantaine] parce qu'elles replongent dans cette incertitude, ce papillonnage exacerbé qui ne me plaît pas. Pour autant qu'il soit malléable, le vingtenaire est inconstant et se cherche. On appelle ça la vie : la maturité ne s'acquiert pas autrement que par l'expérience et à 25 ans, l'exéprience est trop brève. On n'a pas assez compris comment vivre, quelle place laisser à celui/celle que l'on va choisir, qui on est, ce qui est important et primordial ... On va et on vient entre les reins des uns et des autres beaucoup mais un peu à l'aveugle et surtout comme un papillon hypnotisé par la lumière de sa jeunesse finissant inexorablement.

Avec le trentenaire [pour autant qu'il ait vécu et n'ait pas passé son temps à esquiver certains choix, certaines échéances ou quelques questions fondamentales], on a dépassé cela et si le bois est moins souple, il a l'avantage d'être déjà travaillé. On prend ou pas, cela convient ou non mais au moins on sait où l'on met les pieds.
En regardant la vidéo d'Yves Simon, j'ai vu le regard nonchalant d'un homme d'à peu près 35 ans, au physique pas dégueu, charmeur rien qu'avec ses yeux et surtout présentant un charme fou parce qu'il semblait dire "je suis ce mec là, tu prends ou pas". Ce deal quasiment pas négociable est vraiment ce qui me plaît chez les 30/40 ans et je m'y retrouve parfaitement parce que c'est ainsi que je vis depuis plus de dix ans. La concordance de ce que j'aime et de ce que je suis est assez exceptionnelle pour moi.

Par le passé, je me suis toujours épris de personnes ayant très exceptionnellement mon âge. J'ai toujours été attiré par des femmes plus âgées et par des garçons plus jeunes : ne me demande pas pourquoi, le contraire n'a jamais été vrai même si j'ai souvent tenté d'inverser ce postulat naturel. Zolimari n'échappe pas à la règle puisqu'il est plus jeune que moi ... mais la différence avec lui est gommée par le fait que je parais plus jeune que mon âge [mon apparence me crédite de 3 ou 4 années de bonus]. Sauf que depuis que nous sommes ensemble, que nous construisons au quotidien ce bel édifice qu'est notre amour réciproque, je le vois évoluer, mûrir et je ne suis pas déçu de ce qu'il devient parce que je l'avais deviné. ce qui me surprend, c'est que cela me plaise autant et qu'avec les grains de sable s'écoulant dans le sablier, j'aime chaque jour davantage le trentenaire qu'il est. Certes, il n'est pas poilu sur le visage mais il est en tout point ce que j'aime à l'instar de ce que je trouve hyper sexuellement attractif chez le trentenaire. Parce qu'en fait oui ... je me suis rendu à l'évidence : le corps des trentenaires me fait fantasmer parce que je le trouve beau.

J'aime ces courbes imparfaites, ce ventre qui n'est plus plat, ce visage accidenté, ces mains finement abîmées mais entretenues, cette masse musculaire mature ... j'aime lire dans ce corps non plus la transparence d'une jeunesse témoignant d'un vécu qui n'existe pas mais une histoire personnelle à prendre ou à laisser [étant précisé que le seul critère physique que j'astreins à mes fantasmes reste la couleur brune des cheveux ... le reste, je m'en fous]. C'est troublant quand on a vénéré pendant des années un stéréotype de se dire que l'on est celui qui vous plaît exactement, que l'on est en phase quasi parfaitement. Pour un homme qui a vécu des années en se disant que l'ennemi était dans la glace et qu'il n'y avait aucun moyen de pactiser avec cette image si décalée sur mes désirs GENESIQUES, c'est une révolution [qui ne date pas d'hier mais qui se confirme tous les jours].

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, mon Zolimari est un trentenaire brun, resplendissant bien qu'il s'en défende [les photos que je prends de lui ne trompent pas].

Tto, en accord avec lui-même

Le mot du premier logo

GENESIQUE : Qui ressortit à la reproduction sexuée et, par extension, à la sexualité.