2014 - REQUISITOIRE

C'est en écoutant Laurent Ruquier, grosse tête au sens propre comme au figuré, venir bêtement nous dire qu'il regrettait d'avoir vôté pour François Hollande que je me suis dit, en regardant sa mine maladroite habituelle hésitant entre le sourire de celui qui fait un bon mot un peu nul et le dépit qu'il s'inspire lui-même dans un vague accès de lucidité fulgurante, que mon premier réquisitoire de la saison serait sur François Hollande.

Ah ça ... les sarkozystes peuvent vociférer au lynchage en permanence de Naboléon, nul n'aura été traité comme l'actuel Président de la République, nul n'aura subi autant d'affront qui touchent aussi à la fonction qu'il incarne. Et c'est bien ce qui me dérange : les irresponsables qui déversent un torrent de boue sur François Hollande font le jeu d'une désorganisation des institutions qui ne profitera à personne d'autres qu'aux ennemis de la démocratie qui siffleront un jour la fin de la récréation.

Bien sur, la responsabilité de François Hollande doit être rappelée sur les couacs, sur les erreurs de communication ou que sais-je encore [en tout cas, tout ce qui ne ressort pas de la politique]. Mais qu'on ne s'y trompe pas : les français ont voté pour lui en majorité et peu importe qu'il s'agisse de moins de la moitié des suffrages exprimés ou je ne sais quel argument ridicule qui fait parler les twitteux en mal d'égo au point qu'ils nous servent leur pitoyable opinion qui ne regarde qu'eux-mêmes [sinon on serait venu la leur demander avant], les journalistes adeptes d'un bashing qui se révèle être de la nitroglycérine qu'ils agitent comme s'il s'agissait d'un peu d'encre magique qui fasse écrire les papiers sans avoir à réfléchir, ou qui d'autre encore ... Donc le procès permanent en illégitimité est en soi un déni de démocratie et j'invite ceux qui s'y livrent à considérer si leur indigente opinion aurait droit de citer dans un système qui serait moins démocratique.

Après ... on parle de stature, de cap ou je ne sais quelle autre figure rhétorique pour railler François Hollande. Moi, je ne suis pas comme Laurent Ruquier ou ces autres médiocres qui considèrent que le Président est nul, qu'il faudrait qu'il démissionne, qu'il faudrait dissoudre, qu'il faudrait une sixième République, qu'il faudrait que ma tante en ait deux et comme ça on l'appellera mon oncle. De Gaulle, qu'on encense tellement le disait lui-même, ce pays est ingouvernable parce que les français sont des emmerdeurs qui ne sont jamais contents et râlent pour tout. Twitter et autres réseaux sociaux propagent les anathèmes à la vitesse de la lumière et il faut bien tout le sens politique de François Hollande pour endiguer cela. Évidemment ... le Président de la République n'est pas un Everest de maîtrise de l'exercice du pouvoir mais les français ne l'ont pas élu en imaginant qu'il l'était : il suffisait juste de savoir d'où il venait et ce qu'il avait fait. Quand on vote sans réfléchir, difficile d'accuser les autres de vous avoir trompé dès lors qu'on n'a pas fait l'effort de se poser quelques questions au préalable quand même !

Un cap, il y en a un. Une politique aussi ... les impôts, il y en a trop mais quelque Président qui aurait été élu en 2012, il y aurait eu cette hausse de la fiscalité [et Sarkozy avait promis que ce fut par la TVA ... c'est dire si ça aurait été pire]. Hollande récupère un pays qui n'a rien fait depuis 1984 [soit 30 ans] pour cesser de vivre à crédit, un pays qui n'a pas été fichu d'équilibrer ses dépenses et ses recettes depuis 40 ans, un pays qui vit à crédit sur les générations à venir avec la plus fantastique irresponsabilité. Ah oui, il faut en faire des économies mais jamais pour soi. Il faut tailler dans les effectifs des fonctionnaires mais jamais pour soi ou ceux de sa famille qui sont fonctionnaires. Et Sarkozy qui devait ne pas décevoir et tout remettre à flots n'a fait qu'empirer les choses en aggravant la charge de la dette dans des proportions jamais atteintes. L'UMP est toujours prompte à donner des leçons de gestion à François Hollande mais le bilan comme les comptes de l'UMP elle-même n'incitent pas vraiment à donner quelque légitimité que ce soit à ce sujet.

Oui la rigueur c'est pénible, oui c'est pas facile de se priver alors qu'on s'est gavés pendant des années, oui c'est lourd que François Hollande promette que ça va s'arranger alors que rien ne s'arrange ... sauf que François n'est pas Gérard Majax. Je me souviens d'un prof de Droit civil qui disait "qui paye ses dettes, s'enrichit". Bah voila ... à continuer à refuser de tenir le cap d'une politique certes socio-libérale qui contribue à désendetter, on ne risque vraiment pas de s'enrichir [et oui, tu peux me traiter de libéral ... c'est plus simple de caricaturer]. Et pour ceux qui profèrent que l'austérité ça suffit, l'incurie est totale puisque l'austérité n'a pas vraiment commencé en France : c'est le grand tort de François Hollande, il aurait du expliquer que c'était sa méthode ou l'austérité au début de son mandat.

Au final ... François Hollande va finir son mandat à un niveau inégalé dans l'impopularité, posant des questions sur le fonctionnement des institutions, jetant un doute sur l'état du pays. Pourtant, je pense qu'il n'est pas inexact de dire que depuis 2012, des réformes très importantes ont été conduites et des orientations majeures ont été décidées en dépit de tout ce que l'on raconte. Même l'arrivée d'Emmanuel Macron, dont je me fous de savoir s'il a été banquier, garagiste ou que sais-je encore, me convient !!! Mais voila ... on veut de l'immédiat alors qu'on n'est pas capable d'accepter des décisions difficiles produisant des résultats plus rapides. François Hollande a cru qu'il gagnerait du temps à panser les plaies d'un sarkozysme clivant à l'excès ... les français ne lui en sont pas quittes. Même les gays vomissent la gauche au pouvoir alors qu'elle leur a offert le mariage ...

Ce chemin de croix finira bien un jour, plus tôt que prévu si vraiment tout s'enlise jusqu'au point de non-retour ou en 2017 pour que la droite ou d'autres reprennent la main. Dans l'intervale, les édirtorialistes de bac-à-sable vont continuer avec leur logorhée à 140 signes, leurs prévisions versatiles et manifestes inutiles ainsi que leurs jugements aussi crétins qu'artificieux ... cela nous laissera de beaux réquisitoires à faire mais cela n'aidera jamais le pays à aller mieux. C'est un peu comme de dire que l'on regrette d'avoir voté pour François Hollande. Moi, je ne regrette pas parce que je pense que nous n'avions pas le luxe de pouvoir supporter cinq années supplémentaires de sarkozysme ... au même titre que la France ne peut se payer la fantaisie de céder aux sirènes lepennistes d'une politique démagogue.

Tto, qui ne regrette rien