tumblr_n65g4igsYY1relaado1_400

Je me fiche de savoir comment elles le prendront, ce qui m'inquiète est plus clairement de faire tomber encore une fois cette barrière étanche entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle.

C'est toujours le même problème lorsque la distance que j'impose dans le travail ne peut plus être tenue à raison des rapports amicaux et d'affection qui s'installent notamment du fait de circonstances difficiles. Oui, je n'ai pas d'amis au travail sauf que des fois, si.

Et c'est précisément là le piège qui se referme sur moi : leur dire à toutes les deux que je vis avec un mec, je m'en fous totalement. Je perçois les tentatives de m'interroger sur le sujet mais je suis si fort que je les repousse avec une aisance désarmante. "Toi, tu as quelque chose dans la tête" m'a balancé l'une d'elles, la plus directe.

Je ne réponds pas, jamais ou alors au détour d'une périphrase tellement elliptique qu'elle ne laisse aucune chance de rebondir, ce que je ne me prive jamais de faire à l'inverse. Sauf que voila ... depuis quelques semaines, je suis en proie à l'interrogation : pourquoi ne pas leur dire.

Certes, je ne veux pas de ce mélange, je ne veux pas que des collègues de travail s'aventurent sur un terrain plus personnel. Cela permet à ceux qui ne me comprennent pas de me taxer de mec honteux, de placardisé [s'ils savaient ...] ... je leur laisse cela.

L'étanchéité est presque totale [puisque je n'ai pas caché administrativement ma situation, au cas où ...] et je pense peut-être qu'il va devenir nécessaire de créer deux exceptions. J'en suis sûr ...

Pas forcément pour de vagues questions de "confiance et de franchise" comme les filles aiment à s'en prévaloir en de pareilles circonstances [alors que cet argument est tellement dérisoire], mais parce que je juge que c'est opportun. A moi seul de décider [en réalité, c'est déjà fait] quand les lèvres me brûleront trop non pas pour avouer [car il n'y a aucune faute là dedans] mais pour servir cette simple précision infranchissable pour certains qui éclaire beaucoup sur moi.

"Tu aimes à distiller de petits indices anodins qui pourtant en disent beaucoup sur toi" m'a-t-elle dit hier, désespérée lorsqu'elle me confiait ses abattements notamment professionnels dans mon bureau qui s'apparente souvent à un confessionnal [ce que je ne me prive pas d'encourager]. Je ne pense pas qu'elles seront totalement surprises mais je ne suis pas certain qu'elles en parieraient leurs chemises tant que je suis orfèvre à brouiller les pistes ... Pas pour le plaisir, juste pour respecter cette étanchéité nécessaire.

Tto, qui prend toujours des risques calculés