"Tu devrais les appeler Tto" ...

Combien de fois Zolimari m'a-t-il demandé cela ce wikende ? Je n'ai pas assez de doigts sur une main pour les compter, et cela ne procédait pas de la mauvaise volonté de ma part : c'est juste que je savais que ça n'irait pas, qu'il faudrait alors que je prenne sur moi pour éponger un peu encore ce que l'on allait me dire et que ... bah voila, je n'avais pas forcément envie.

Oui, j'avais envie d'autre chose ce wikende : un wikende plus calme, plus sympathique, plus cosy, plus ... simple. Pourtant, on avait du boulot sur la planche : revoir une amie qu'on n'avait pas vue depuis plus d'un an, faire les impôts avec ce que cela suppose de mauvaises nouvelles, refaire le budget pour vérifier qu'on peut ne pas faire nos comptes encore pendant un an supplémentaire, trier les papiers qu'on n'a pas triés depuis l'année dernière ... Wahooo : que du rêve comme tu le vois !

Et ben pour une fois, cette phase administrativo-fiscale a été extra voire même easy et même qu'on va payer moins d'impôts parce qu'on est des winners et qu'on optimise comme il faut ! La classe ...
Donc, forcément, le rangeage de papiers a été autrement plus agréable ... forcément. On s'est même tenus au courant de l'actualité de la copropriété ! C'est te dire que l'humeur des pacs-men était au beau fixe !

Et puis, vers 19h, après avoir laissé un message à mon oncle dont c'était l'anniversaire hier [c'est la série de début juin ... un anniversaire tous les jours], je me suis résolu à appeler ...
Je savais que ça ne se passerait pas bien : mon nez ne m'a pas trahi.

- Allo ?
- Salut !
- Ah Tto ... [silence] ça va ?
- Ouh la la, ça n'a pas l'air toi ...
- Ouais bof, si enfin non mais c'est pas grave c'est comme ça
- Bah qu'est ce qui se passe ?
- On ne t'a pas vus aujourd'hui, ni même la semaine dernière.
- C'est pour ça ?
- Non non ... c'est juste que ton père est difficile ... c'est dur : il ne parle pas, il ne veut rien faire ...
- ...
- Donc voila, c'est ... [elle pleure] ... compliqué.

Deux options s'offrent à moi dans de pareilles circonstances qui sont loin d'être inédites au point que j'en ai une certaine habitude. Soit j'abonde dans le sens de ma Môman et c'est un mur des lamentations qui me tombe dessus, soit je reste hermétique à cela et je change de sujet pour qu'elle passe à autre chose et qu'elle arrête de rester là dessus puisque cela n'arrange rien. La première option m'implique dans un conflit qui ne me concerne pas, la seconde me préserve mais me fait passer pour un garçon froid et distant.

- Bon et sinon ? [oui, j'ai choisi la seconde option]
- Bah ta marraine a déménagé et puis alors tu sais, ça n'a pas été facile non plus. Oh la la, qu'est ce qu'elle a pleuré ... [je te passe la suite qui a bien duré 15 minutes].

Et voila ... en deux coups de cuillère à pot, j'ai échappé à la prise classique du "Ton père est pas gentil, hein tu trouves aussi ?" pour fixer ma Môman sur ses histoires avec ses soeurs. Elle m'a au passage expliqué que mon cousin [qui ne me parle plus depuis plus de dix ans et dont c'est l'anniversaire aujourd'hui, ce que je ne lui souhaiterai pas puisqu'il ne me souhaite pas le mien] est très gentil et demandé ce que j'en pensais. J'ai expliqué que je ne partageais pas, pour des raisons évidentes, son avis ce à quoi elle m'a fait le grand truc du "Tu sais, faut savoir passer outre ..." auquel j'ai répondu par un claquant "Mais Maman, cette question ne me concerne plus. tu vois, je suis passé à autre chose" qui l'a orientée sur autre chose.

Toutes les thématiques classiques y sont passées, j'entends les mêmes choses depuis si longtemps que, désormais, cela glisse comme de l'eau sur une toile cirée. cela me rassure tout en ne me rassurant pas parce que je me rends compte que rien ne change en définitive mais que cela n'a plus d'impact sur moi.
J'ai finalement réussi à faire en sorte qu'elle ne me demande pas à nouveau comment j'allais, pour éviter d'avoir à lui dire toute la désolation de mon état : ouais je sais, je recommence à tout garder pour moi afin qu'on puisse me reprocher de ne pas l'avoir partagé mais voila, c'est ça une nature, ça revient toujours comme un réflexe inné.

Pour finir, je lui ai passé Zolimari qui l'a mise en boite et cela en a été fini.

- Elle avait pas l'air d'aller fort ta mère ...
- Pourquoi crois-tu que je ne voulais pas appeler ? Je la connais comme si je l'avais faite ...

De tout cela, je n'ai, finalement, rien tiré d'autre qu'une confirmation : celle que mes parents vieillissent [mon père surtout] et que je pense que ce ne sera pas simple. C'est aussi pour cela que je profite de ce que cette période funeste qui s'annonce ne soit pas encore tout à fait présente. C'est aussi pour cela que l'invitation par mail que ma Môman a adressé à tout le monde [y compris Zolimari à qui ça a fait quelque chose je crois] pour une réunion familiale [version on sera 40] cet été est plus compliquée à gérer que les autres années où elle avait été rapidement mise de côté. Là, Zolimari ne m'a pas dit non et je sens même qu'il serait presque partant puisqu'il ne m'a pas fait sa grande tirade sur "Ta famille ça te concerne" mais il m'a dit "On fait comme toi tu veux ... moi je te suis". De toute façon, comme je le lui ai dit, s'il est dans la boucle, il faut qu'il s'attende à ce que ma Môman le travaille au corps ...

Classique j'te dis ...

Tto, même pas surpris