le réquisitoireLe moins que l'on puisse dire, c'est que pour un retraité qui avait promis de se tenir en retrait, Naboléon cultive à l'envie la promesse non tenue. Faut dire qu'on a eu un quinquennat pour goûter aux plaisirs de ses enfumages, déclarations à l'emporte pièce et autres ... C'est bien simple : il a démontré par l'exemple l'adage qui veut que les promesses n'engagent que ceux qui les croient.

Alors, quand il a été battu par "le plus nul" compétiteur qui s'opposait à lui [ce qui aurait conduit n'importe qui à s'interroger rien qu'une seconde sur soi-même], vexé comme un pou, il nous l'avait joué grand prince qui se retire, la France devrait apprendre à se passer d'un grand homme comme lui [enfin pas par la taille].

Oui mais voila, quand on présente une parole à ce point démonétisée, quand on laisse son camp dans un tel état de délabrement au point que l'UMP arrive à perdre quand même une élection interne et quand on se pique de redevenir un citoyen comme un autre alors qu'on facture les conférences à coups de centaines de milliers d'euros, personne n'envisageait [hélas] que Naboléon tiendrait. Hélas, oui ... hélas trois fois parce que pour quelqu'un qui devait s'astreindre à se tenir loin du marivaudage politique [choix qui n'est pas que personnel mais aussi institutionnel à raison de son mandat au Conseil Constitutionnel qui l'oblige à la neutralité dont on voit bien ce qu'il en fait], on l'entend beaucoup l'ancien Président qui allait relever un pays qu'il a contribué plus que n'importe quel autre à enfoncer dans le fossé, le THANATOPRACTEUR n'a pas fait correctement son boulot là aussi.

Sous couvert de déclarations rapportées par Valeurs Actuelles [qui, comme LE FIGARO, est à l'UMP ce que l'Humanité est au Parti Communiste], Naboléon essaye piètrement d'endosser les habits gaulliens d'un recours providentiel et sacrificiel. Bah oui, s'il le fallait, il reviendrait mais attention, il ne veut pas hein. Le monde politique l'ennuie mortellement comme il le dit ... Par devoir ! Le mot est lâché, comme toute forme de simplicité ou de vague humilité [surtout lorsque l'on envisage son bilan après 5 ans calamiteux]. Et puis, il est heureux là. Sa femme va nous sortir un nouveau disque [ce qui le blessera moins que lorsqu'elle s'était crue obligée de le faire pendant le mandat de son mari, pauvre chaton], sa fille grandit [c'est tout juste s'il ne nous dit pas qu'il va la chercher à l'école ... alors qu'elle n'a que 18 mois ... ah bah si, il l'a dit : tu vois il va tellement bien qu'il nous prend pour des cons sans même plus s'en rendre compte].

Tout y passe : le Mali, le couple franco-allemand, la situation désespérée de la France livrée à ces affreux socialistes qui la rendront dans un état lamentable, c'est sur. Tout y compris le récent débat sociétal sur les droits des homosexuels ... Et là, boom-boom Sarkozy brosse dans le sens du poil son électorat, oubliant au passage l'un de ses promesses de 2007 [une parmi tant d'autres] au sujet desdits droits.

"Avec leur 'mariage pour tous', la PMA, la gestation pour autrui, bientôt, ils vont se mettre à quatre pour avoir un enfant" ... C'est bien simple, en lisant ces mots, on l'entend presque les dire, on voit presque sa tête avec son rictus "j'me fous de leur gueule avec arrogance" et finalement ... on reconnaît le ton gras et insultant du beauf de base qui, croisant un homosexuel, lui adresse "alors c'est toi qui fait la femme ou c'est l'autre ?" suivi d'un rire infatué. Finalement, la seule promesse que Naboléon aura réussi à tenir, c'est "tout devient possible" sauf qu'on aurait plus goûté que ce champ des possibles soit tourné vers davantage d'humanité, de fraternité et moins d'antagonismes et de stigmatisation.

Mais voila, on ne se refait pas et le specimen qui a des leçons à donner à tout le monde avec un mépris qui le dispute à la morgue est définitivement incurrable. Alors oui, que gazouillent les oies de la basse-cour UMP, frémissantes à l'idée qu'il pourrait revenir quand l'apocalypse sera si proche ... Je veux croire qu'il ne s'agit là que d'une chimère, que d'un espoir désespérant de la part d'une droite désespérée.

Cela étant, je pense que quand on a une si grande estime de soi-même, il n'est pas possible de transiger avec un principe qui veut que ce qui se conçoit clairement s'exprime clairement. Dès lors, soit Nicolas SARKOZY veut continuer à faire de la politique et il démissionne du Conseil Constitutionnel [se privant ainsi des émoluments attachés ... dur dur quand on aime tant l'argent], soit Nicolas SARKOZY se tait et reste à sa place en continuant à vivre sa vie de famille si géniale [comme ça, il continuera à aller cherche sa fille à l'école alors qu'elle n'y est pas encore]. Mais ... il ne peut y avoir de chemin médian. Donc le mieux, c'est qu'on ne l'entende plus. 

N'est pas Bonaparte qui veut. La France n'a pas besoin de cette caricature de Napoléon de Neuilly qui rêve de nouveaux Cents Jours, Sarkozy restera toujours Naboléon.

Tto, fatigué de Naboléon

le mot du premier2

THANATOPRACTEUR : nom masculin
Celui qui embaume les cadavres