le réquisitoireUne semaine à deux réquisitoires ... fichtre, c'est que la matière est à profusion ... hélas.

Oui hélas et pourtant, Dieu sait que je m'y étais préparé comme d'autres : la perspective de ce débat sur la mariage pour tous [le prochain qui dit "mariage homosexuel" se prend une grosse baffe qu'il n'aura pas volée] permettait de redouter les pires abominations de la part des Savonarole auto-proclamés d'une morale avec laquelle ils s'arrangent toujours à leur profit. De quoi je parle ? Non, pas des affiches du concert de Mylène Farmer [qui sont suffisamment inintéressantes par elles-même pour que je m'y attarde] mais du dernier bulletin municipal du maire du VIIIè arrondissement, venant en écho aux propos de Monseigneur Barbarin en cela parachevés par la répugnante Boutin qui coûtera 800.000 euros à l'UMP qui le veut bien.

Ah la la, terrible affaire que celle-là d'autoriser deux personnes, comme les autres, qui s'aiment, comme les autres, à se marier. Priorité des priorités que de faire barrage à une telle abomination à les écouter ... bah oui, c'est pas comme si on avait des problèmes gros comme le bras, une crise économique majeure sur le dos et des déficits abyssaux. Non ... barrer la route au mariage pour tous, c'est la priorité évidemment et qu'importe ce que l'on dit, il faut y arriver.

Alors, on ressort les allumés de tout poil qui comparent deux hommes couchant ensemble à des animaux, des pédophiles ... comme au bon vieux temps du débat sur le PACS [qui, faut-il l'admettre, a carrément mis la société française le cul par dessus tête ... au point que le PACS est majoritairement le fait de couples hétérosexuels aujourd'hui comme depuis des années !!!].

Qu'un élu de droite, François Lebel [tendance Borloo ... CQFD], se permette d'écrire, après Brigitte Barrèges et Christian Vanneste en leur temps, dans un bulletin municipal ce qu'il a écrit, confondant ainsi un organe d'information municipale avec une tribune réactionnaire que Minute hébergerait sans complexes, cela constitue, outre le contenu des propos consicdérés, en soi un détournement des moyens publics à des fins partisanes et personnelles. Juridiquement, cela porte un nom et est pénalement répréhensible.

Qu'un homme investi au nom de l'Eglise profère des contre-vérités et des incantations dignes de l'Inquisition en appelant au réveil nécessaire avant les ténèbres, c'est monstrueusement pitoyable et je n'arrive toujours pas à résoudre le paradoxe selon lequel cela s'inscrit dans les principes bibliques censés diriger son action, sa parole et ses actes. Si en considération de cela Dieu est toujours amour, je me dis qu'on l'a échappé belle et j'envisage mal ce que l'on se serait pris si cela avait le contraire. Nonobstant et juridiquement encore, cela porte un nom et est pénalement répréhensible.

Enfin, que Christine Boutin persévère en appuyant les dires des précédemment désignés et en osant venir dire que les propos du maire du VIIIè "sont déplacés dans un bulletin municipal", là ... ça commence à bien faire. Que Christine Boutin se soit mariée avec son cousin est une chose, qu'elle ait brandi dans le cadre de son mandat républicain une Bible dans l'enceinte du Palais Bourbon alors qu'elle ne peut ignorer que la République est laïque est une nouvelle pierre dans son jardin mais qu'aujourd'hui [ou plutôt hier matin sur Europe 1] elle en arrive à utiliser le terme de "déplacé" est tout simplement révoltant dans la bouche d'une femme se piquant de vouloir exercer un mandat national et que, de plus, elle induise que c'est le support qui pose problème et non le contenu, c'est répugnant ! Alors, si tu le veux bien lecteur, je vais te mettre à part et m'adresser directement à elle.

BOUTIN Europe 1

Christine Marcelle Valérie Cécile Marie Boutin née Martin [comme quoi il n'y a pas qu'un âne qui s'appelle Martin], j'ignore ce qui vous répugne à ce point pour que, quinze après vos emportements théâtraux et votre logorrhée infecte contre le PACS, vous ayez décidé de remettre le couvert. Une excitation ? Un profond ennui dans votre vie ? Une vague nauséabonde sur laquelle vous avez bâti votre fonds de commerce minable ? Qu'importe ... les grenouilles de bénitiers m'ont toujours débecté parce qu'elles ont toujours [et vous le démontrez à nouveau] une propension extraordinaire à s'arranger avec le corpus moral qu'elles se croient autorisées à imposer aux autres.

Au delà du fait que vous soyez minable, vous êtes aussi une délinquante et récidiviste de surcroît. Périodiquement et à la faveur de ce qui vous hérisse le poil présentement, vous vous lancez dans des propos discriminatoires [quand ils ne sont pas injurieux] et appelant à l'hostilité au motif de pratiques sexuelles que vous réprouvez. Quelle pénible journée vous avez du passer lorsque l'homosexualité a été dépénalisée en France ... Et pourtant, tel est le cas et continuer à stigmatiser comme vous le faites est un délit notamment puni par la loi n°2001-1066 du 16 novembre 2001 portant modification des articles 225-1 et 225-2 du Code Pénal. Au même titre que vous devriez lutter contre les discriminations fondées sur le genre [forcément] ou l'origine ethnique [peut-être moins déjà], vous devriez, au moins, vous abstenir de vomir votre haine réflexe à l'endroit de ceux qui vivent des amours que vous jugez déviantes. L'UMP a mis trop de temps à évacuer votre alter ego Christian Vanneste qui y allait de bon coeur pour casser du pédé verbalement ... des "sous-hommes" nous sommes parait-il. Alors oui, tout comme lui, vous êtes une délinquante je me réjouirai lorsque vous serez condamnée rigoureusement et frappée d'une inéligibilité méritée [ce qui vous interdira d'ailleurs d'aller marchander 800.000 euros à l'UMP pour désistement ...  j'observe que vous n'êtes pas si sourcilleuse avec tous les principes catholiques et chrétiens]. Cela étant, vous êtes une délinquante et récidiviste [circonstance agravante comme vous le sauriez si vous aviez quelques notions de Droit pénal] en plus Christine Boutin  [oui désolé, je n'emploie un "Madame" qu'à supposer que j'aie un peu de respect pour mon interlocutrice, ce que vous êtes bien loin de provoquer et ce que vous ne faîtes décidément rien pour].

Parce qu'enfin ... Est-ce votre dernière caution homo exhibée au début de votre campagne avortée [oups, encore un mot qui vous plaît tant] qui vous autorise à nous ranger périodiquement dans le camp des pédophiles ? Est ce votre si clairvoyante et ineffable charité chrétienne qui vous permet de considérer que le fait que je puisse me marier un jour fera immanquablement de moi un polygame [ce qui prouve bien que vous mélangez tout] ? Venant de vous qui êtes mariée à votre cousin, avouez que cela ne manque pas de sel ...
Si vous n'étiez que rétrograde et aigrie, je m'en ficherai comme de la première pipe que j'ai taillée. Oui mais voila, vous n'êtes pas que cela et votre haine incontrôlée emporte sur son passage intéressé et électoraliste l'état de ceux et celles qui sont visés par votre discours fêtide. Non, je ne suis pas polygame. Non, je ne suis pas pédophile. Non, je ne suis pas malade et n'ai ni besoin d'être stérilisé. Non, en couchant avec celui avec lequel je vis, je n'ai pas conscience d'être zoophile puisque je ne le suis pas l'espace d'un instant. Non à tout cela et même au reste. Et non, je n'accepte pas que vous légitimiez par votre discours [ou ce qui en tient lieu] les arguments abjects et pestilentiels qui font que chaque année, des jeunes gens se suicident ou se retrouvent dans la rue parce que leurs parents les considère comme des anormalités à rayer de leur existence. Je refuse que vous continuiez à intoxiquer les consciences avec des idioties artificieuses contre lesquelles certains homosexuels n'arrivent jamais à batailler ce qui les rend malheureux toute leur vie. La complicité qui est la vôtre dans autant de crimes est quelque chose qui devrait, sinon vous empêcher de dormir, en tout cas vous freiner dans vos dérives pour vous amener à y réfléchir si vous puissiez faire preuve d'un quart du cinquième de charité et de bonté dont vous vous targuez à raison de votre foi. J'en ai marre de lire les propos de raclures abruties qui se plaisent à m'insulter à longueur de discours sous prétexte que je ne suis pas comme ils/elles l'auraient voulu. Mais de quel droit dans une République laïque osez-vous, vous que rien n'autorise à cela, venir m'imposer, telle une prédicatrice venimeuse qui se serait trompée [là aussi] d'époque, vos vues et conceptions faisandées à l'aide d'une diarrhée verbale écoeurante ?

En fait, je ne vous plains pas mais je plains mes parents, mon frère et mes amis ... d'avoir à subir ce discours et d'avoir, j'en suis sur, de la peine pour moi. Qu'ils ne s'en fassent pas. En revanche, à leur place, j'éprouverais le même sentiment de révolte et d'injustice devant l'impunité et l'impudence qui sont les vôtres. Mon fils [lorsque j'en aurai un, ne vous en déplaise] ne subira pas cela parce que ferai en sorte que cela ne soit pas le cas.
Mes pauvres parents ... Qu'ils ne s'en fassent pas parce que voyez-vous Christine Boutin, vous ne courerez jamais aussi vite que je vous emmerde, vous et vos immondes comparses et affidés dégénérés [la consanguinité, ça attaque] qui ont tant de sang sur les mains. Dommage que cela ne soit pas dans la bouche, cela vous éviterait de nous infliger vos discours méphitiques ...

Tto, qui en a marre