Ce qu'il y a de bien avec Matoo, c'est que nous partageons des préoccupations communs ce qui nous amène à partager des goûts communs ... et au rang de ceux-ci, il y a [entre autres]ce détail qui pourra t'apparaitre comme très marginal voire insignifiant, à la limite de la coquetterie dispensable et pourtant, c'est le détail, THE détail qui en dit beaucoup ...

Comme lui, j'attache une importance particulière à ce que avec quoi tu es actuellement en contact depuis que tu as commencé la lecture de ce billet passionnant. Et le choix qui préside à cette matière est diablement important [ce que tu auras noté en regardant tout ce à quoi je m'amuse] et ne saurait être traité en dernière minute ou à la légère. Parce que bon, il en va de ce choix comme de celui d'une chemise ou d'une couleur de cravate : cela en dit long sur l'auteur.

De quoi parle-je ? Allons, allons ... tu n'as pas trouvé ? Alors laisse-moi donc digresser vers ce qui a attiré mon attention dans ce que Matoo a trouvé hier.

C'est ici que l'histoire se passe, l'histoire que l'on peut finalement résumer ainsi : que se passe-t-il si on regroupe 55.382 typographies de 64.076 documents pdf provenant d’internet pour remplir un livre avec 342.889 lettres différentes ? A priori pas grand chose me diras-tu ... Ah comme je te reconnais bien là !!! C'est là que je suis tenté de te dire qu'il est bien dommage que tu négliges à ce point ce que tu ignores !!! Parce qu'à la question posée à l'instant, il est une réponse et une réponse fascinante !!!

Un livre !

Farpaitement ... un livre ! Et pas n'importe lequel : « Frankenstein, or the modern Prometheus ». C'est une version moderne de Frankenstein écrite par Mary Shelley.
Oui mais bon ... et donc ? Tsssss, tu insistes alors j'enfonce le clou : finalement, c'est vertigineusement fantasbuleux puisqu'à l’aide de caractères et de glyphes, "chaque lettre est utilisée et triée puis remplacée par la même lettre dans une autre typo en fonction de sa fréquence d’utilisation. Les polices les plus communes sont utilisées au début du livre, puis, petit à petit la mutation se fait, le charme opère et le livre prend vie !" nous dit Geoffrey Dorne. Et moi, tu vois, ça ... je trouve ça génial !

Le mieux, c'est que tu vois ça en images ...

couverture  page 01

Cela me permet donc de te confirmer que :
- je déteste toujours autant le Comic Sans
- je ne choisis jamais ma police de caractère au hasard dans une vignette ou pour un logo
- je trouve que la police de caractère est telle le cirage de tes chaussures : elle parle pour toi ...

Et puis bon, ça valait le coup de te parler de ça plutôt qu'un photo de vacances de Bruce Toussaint ...

Bruce Toussaint en vacances

Ah non ? Bon ... alors je ne vais pas te dire que ... non non, je ne vais pas te le dire !

Tto, polisson