Ils sont rares ces instants cruciaux dans la vie d’un Tto …
Rares et forcément précieux. Mes larmes à 130 km/h au volant de la totomobile auront finalement permis qu’intervienne ce moment où le temps a été suspendu. Sans préparation aucune, sans filet, sans fard, j’ai laissé mon orgueil choir en l’abandonnant puisqu’il ne m’était plus d’aucune utilité. L’heure a été à l’authentique, pour la première fois devant mes parents que je n’ai plus envisagé comme un tribunal ni même des adversaires.

Alors qu’ils avaient légitimement vocation à aller se coucher, leur fiston démoli leur est apparu, appelant leurs oreilles et les yeux compatissants. Ils ont répondu présents au-delà de toutes les espérances, balayant définitivement toute crainte de ma part.

Trois heures plus tard, le rideau s’était ouvert sans que le vertige ne les saisisse, au contraire.
Une fois déboutonné de sa vie compliquée, le petit garçon anéanti a été rassuré de la main de sa Môman posée sur la sienne lorsqu’elle lui a dit « Tu sais, oui, quoi qu’il arrive, tu seras toujours mon garçon. »

Tto, qui nourrit la plus grande fierté à l'endroit de ses parents