son_frereHier soir, j'ai regardé un film dont j'avais lu des critiques extra-or-di-naires ! On m'avait par ailleurs prévenu que le sujet était hard de chez hard et qu'il n'était pas inenvisageable que je verse ma petite larme.

Bon, je suis un peu tenté de vous dire que ce fut beaucoup de bruit pour pas grand chose. Certes l'histoire m'a touché parce que j'ai un frère, que j'ai retrouvé ce qui peut constituer l'inexorable fracture entre deux frères dont la différence d'age est exactement la même que la mienne. Bien sur, je suis toujours ébranlé par les scènes d'hôpitaux (définitivement, je ne pourrais pas travailler dans un hôpital) et les scènes de détresse humaine.

Toutefois, c'est long, très long et à force de se faire balader dans les méandres de la douleur de Thomas, dans la vie presque réglée de Luc, gay trentenaire dont on ne comprend pas bien ce que la mise en lumière de sa relation avec Vincent (son boy friend) et les quelques ébats rapidement filmés apportent à l'histoire ... ben à force de tout ça, on se demande où Patrice CHEREAU a bien voulu nous emmener. Il faut attendre plus de 65 minutes de film pour entendre la première note de musique, la lumière est parfois très malheureuse mais je reconnais que certains plans sont très beaux.

Au final, je me dis qu'il reste des terres bien inexplorées, des scènes dont on aurait pu se passer allègrement (la scène du rasage de Thomas est très dispensable) et le personnage de Luc (très très attachant) vers lequel, à titre personnel j'aurai bien voulu aller davantage tant il semble riche et fort, la perspective de l'histoire eût pû être à son tour riche et forte.

A Paris, Thomas est atteint d'une maladie incurable qui détruit ses plaquettes sanguines. Celle-ci astreint le patient à un régime sévère. Un soir, il passe affolé chez son frère Luc, qu'il a perdu de vue, pour lui confier la gravité des symptômes.
Poussés à bout par la progression de la maladie, les deux hommes vont enfin se livrer à eux-mêmes. Pour la première fois, Thomas semble éprouver de l'intérêt pour la vie privée de Luc, homosexuel. Claire, la petite amie de Thomas, prend progressivement ses distances vis-à-vis de ce dernier. Les deux frères finissent par passer l'essentiel de leur temps ensemble et se remémorent des souvenirs de leur enfance.